Les entités physiques - La Terre - Présentement - Les zones climatiques -



 

 

REMARQUE PRÉLIMINAIRE –
Ici, comme en tout, rien n’est nettement déterminé.
. . Aussi, aux contours des zones concernées : des régions transitions.

ZONES POLAIRES –
L’Arctique, l’extrême-nord-américain, l’extrême-nord-eurasiatique, l’Antarctique.
Précipitations neigeuses.
Périodes calmes ou de tempêtes.
2 calottes glaciaires, dite aussi banquises, des inlandsis.
. . À noter
. . . . que, de 1970 à 2004, la banquise nord est passée
. . . . . . de 8 000 000 de km² à 6 000 000.
. . . . qu’en 2005 et en 2006, elle s’est réduite de 250 000 km².
. . . . qu’en 2007, de 500 000,
. . . . que l’inlandsis sud, en 1995 et en 2002, en un certain endroit, il s’est disloqué.
Dans l’Arctique, sur la glace, ours polaires, sous la glace, phoques, faune abondante.
Dans l‘Antarctique, sur la glace, manchots empereurs, dessous, faune abondante.
En outre, tant au nord qu’au sud :
. . les espèces pancéniques (insectes collemboles, …) et anthropocéniques.

TOUNDRAS –
Un liseré au sud des extrêmes nords américain et eurasiatique.
. . Et, depuis 1995, de plus en plus mince.
De septembre à avril : gel. De mai à août : jamais plus de 10°.
Terre toujours gelée, dite pergélisol.
Mousses, lichens, bruyères, ronces, genévriers, saules nains, bouleaux nains, … .
. . Mais, entre 1982 et 2002,
. . . . la feuillaison s’est avancée de 5 jours.
. . . . Le Groënland sud a reverdi.
Moustiques, grèbes, cygnes siffleurs, canards eiders,
. . rongeurs, renards bleus, argentés, ours blancs, rennes.

TAÏGAS –
Canada hors nord et sud, de la Scandinavie centrale à la Sakhaline.
Précipitations faibles.
15° au maximum.
Marécages, tourbières.
Forêts clairsemées d’épicéas, mélèzes, pins sylvestres, bouleaux, peupliers, trembles, … .

STEPPES –
Concernés :
. . Canada du sud, sauf extrême sud-ouest, le nord-ouest des États-Unis,
. . régions allant de la Baltique à la Caspienne, puis, de là au Bassin de l’Amour.
Étés quelque peu humides.
Sols profonds.
Des graminées, peu d’arbres.

ZONES CONTINENTALES –
Concernés :
. . États-Unis du centre, Europe de l’est, Sibérie du sud,
. . Chine du nord, Archipel Japonais du nord,
. . Hauts Plateaux Mexicains, Argentine centrale.
Hivers rudes, étés très chauds.

ZONES TEMPÉRÉES –
Concernés :
. . le Canada de l’extrême-sud-ouest, le nord-est des États-Unis,
. . l’Europe de l’ouest, sauf les bords méditerranéens,
. . le Chili du sud, la Tasmanie, la Nouvelle-Zélande du nord.
Généralement : précipitations suffisantes.
Généralement : hivers peu rigoureux, étés simplement chauds.
. . Mais le réchauffement actuel apporte des étés, voire des automnes, plus chauds.
. . . . L’automne 2006 de l’Europe de l’ouest a été, depuis les 1600 au moins, le plus chaud.
. . Et, par ailleurs, la fonte des glaces donnent des saisons plus arrosées.
. . . . En août 2005 : inondations exceptionnelles en Allemagne. En avril 2006, en Roumanie.
Jusqu’aux 1500 m d’altitude : cultures.
Des 1500 aux 2000, sur les adrets, forêts de pins sylvestres, ubacs, d’épicéas, de sapins.
Des 2000 aux 3000 : pelouses dites alpages.
Au-dessus : rhododendrons, buis, … .
Jusqu’aux 2000 : animaux divers d’assez petite taille, sinon les cervidés.
Au-dessus des 2000 : marmottes, bouquetins, chamois, … .

ZONES MÉDITERRANÉENNES –
Concernés :
. . Californie, côte ouest-mexicaine, pourtour méditerranéen sauf libyen et égyptien,
. . Chili central, extrême-sud-africain,
. . extrêmes sud-ouest et sud-est australiens, Nouvelle-Zélande du sud.
Selon l’hémisphère, juillet-août ou janvier-février : très chauds.
. . Et, désormais, encore plus chauds.
Janvier-février ou juillet-août : un peu froid seulement,
. . et, désormais, encore moins.
Les autres mois : doux.
Précipitations : capricieuses.
. . Mais, maintenant, se rapprochant de celles des zones tempérées.
Vents épisodiques plus ou moins violents.
En terrains sédimentés : céréales, vignes, oliviers, au sud, agrumes.
En terrains érodés : chênes-liège, verts (yeuses), pins, arbousiers, lentisques, … .
En altitude, sur sols siliceux, maquis épineux, sur sols calcaires, garrigue de lavande, etc.
Mammifères petits, reptiles et insectes particuliers (cigale, ...).

DÉSERTS –
Froids :
. . de la Caspienne au Bassin supérieur de l’Amour, Mongolie, Patagonie.
Chauds, voire torrides :
. . Mexique du nord, Brésil du nord-est, Argentine du nord,
. . de la Mauritanie au Golfe Arabo-persique, Namibie,
. . Iran du sud,
. . Australie sauf nord central, sud-ouest et sud-est.
Pluies rarissimes.
Vents violents assez fréquents.
Aucune végétation,
. . sauf dans les oasis
. . et, grâce à un vent de sud-est, sur les côtes d’Oman.
. . Alors : palmiers, cultures.
Maintenant, ces déserts gagnent du terrain.
. . Celui de Gobi n’est désormais qu’à 180 km de Pékin.

SAVANES DITES AUSSI SAHELS, BROUSSES –
Concernés :
. . côte est-mexicaine, Amérique Centrale du sud, Antilles,
. . régions allant du Bassin du Sénégal à la Corne Africaine et au Bassin du Zambèze,
. . Madagascar, côte ouest de l’Inde, Australie des nords ouest et est.
Une saison sèche, une saison pluvieuse.
. . La mousson y est devenue erratique.
Prairies de hautes herbes, buissons épineux, plantes grasses, parfois d’arbres.
Faune riche : acridiens, termites, gazelles, zèbres, girafes, lions, chacals, hyènes … .
Une tendance à la désertification.

ZONE DE FORTE MOUSSON –
De l’Inde, sauf côte ouest, à la Mer de Chine.
D’octobre à avril : vents secs vers la mer.
De mai à septembre : mousson humide vers la terre.
Jungle luxuriante.
Éléphants, tigres, … .

ZONES ÉQUATORIALES –
Concernés :
. . Amazonie,
. . du Fouta-Djalon aux Grands Lacs,
. . la côte ouest-indienne, la Chine du sud,
. . du sud de la Presqu’île de Malacca et des Philippines à la Nouvelle-Guinée,
. . le centre de l’Australie du nord.
Pluies chaque soir, sauf pendant quelques mois.
. . Depuis récemment : moins abondantes.
Sols, presque partout, latéritiques.
Forêt à peu près omniprésente, comptant de nombreuses espèces.
Cependant,
. . . . dans le Pacifique sud, tous les 3, 4 ou 5 ans,
. . un déplacement d’est en ouest des eaux de surface,
. . . . modifie sensiblement ces données.
. . Ce déplacement est dit "El Niño"
. . . . parce qu'il arrive sur des côtes hispanophones et chrétiennes de l'Amérique
. . . . . . au moment de l'anniversaire de la naissance du Niño, L'Enfant [Jésus].
. . Et, depuis récemment,
. . . . il s’est amplifié,
. . . . et son point de départ est passé du Pacifique de l’est au Pacifique central.

REMARQUE FINALE –
Nous voyons donc à quel point, actuellement,
. . les caractéristiques des diverses zones climatiques évoluent.

espace privé