Les entités physiques - Les corps chimiques - Les atomes -


 

 

CARACTÉRISTIQUES -
Les atomes sont des systèmes physiques infimes.
. . Il en faut 6 x 1023 pour faire 12 g de carbone.
Normalement, ils sont constitués
. . d’un noyau composé d’un nucléon ou de plusieurs,
. . . . à savoir d’un proton ou de plusieurs et, parfois, d’un neutron ou de plusieurs,
. . et d’un électron ou de plusieurs évoluant autour de ce noyau.
. . Les charges négatives des électrons compensent
. . . . les charges positives des protons.
. . Ainsi, les atomes comportent autant d’électrons que de protons.
En exposant de leur symbole, peuvent être placés
. . le nombre de leurs nucléons et, au-dessous, le nombre de leurs protons.
. . Ici, à la suite de leur nom et entre parenthèses,
. . . . je donnerai quelquefois leur numéro atomique,
. . . . . . à savoir leur nombre normal de protons.

PREMIÈRES TRANSFORMATIONS -
Vers les -13 700 000 000,
. . . . les températures se situant dans les 10 000 000 000 de kelvins,
. . se formèrent les noyaux.
Vers les -13 699 700 000,
. . . . les températures étant tombées à 3000 kelvins, 
. . se formèrent les premiers atomes, ceux
. . . . d’hydrogène (1), 1 proton, 1 électron,
. . . . de deutérium (1), 1 proton, 1 neutron, 1 électron,
. . . . d’hélium (2), 2 protons, 1 neutron ou 2, 2 électrons,
. . . . de lithium (3), 3 protons, plusieurs neutrons, 3 électrons,
. . . . de bore (5), 5 protons, plusieurs neutrons, 5 électrons.
. . Ce fut la nucléosynthèse primordiale.
Vers les -13 300 000 000 -
. . Dans les étoiles aussi massives que le soleil et jusqu’à 9 fois plus -
. . . . Des atomes d’hélium fusionnèrent entre eux,
. . . . . . donnant des atomes d’oxygène (8) et des atomes doubles de carbone (6).
. . . . Des atomes doubles de carbone (6) incorporèrent un neutron, 
. . . . . . donnant des atomes doubles de carbone 13.
. . . . Des atomes doubles de carbone 13 captèrent un proton,
. . . . . . donnant des atomes doubles d’azote (7).
. . . . Des atomes doubles de carbone (6) s’assemblèrent à des atomes d’hélium (4),
. . . . . . donnant des atomes doubles d’oxygène (8).
. . . . Ce fut la nucléosynthèse stellaire.
. . Dans les étoiles plus de 9 fois massives comme le soleil -
. . . . Des atomes doubles de carbone (6) s’unirent,
. . . . . . donnant des atomes de néon (10) et libérant 4 protons.
. . . . Des atomes doubles de néon (10) s’unirent à des atomes d’hélium (4),
. . . . . . donnant des atomes doubles de magnésium (12).
. . Et, de cette sorte, d’unions en unions, on en arrivait
. . . . au bismuth (83)
. . . . et, même, durant l’explosion finale de ces étoiles, à l’uranium (92).
. . . . Ce fut la nucléosynthèse terminale.
Conclusion -
Pour ce qui est du nombre d’atomes, notre univers actuel est constitué d’environ
. . 73 % d’hydrogène, 25, d’hélium, 2, des autres atomes.

TRANSFORMATIONS FONDAMENTALES -
Les atomes se pourvoient en électrons.
. . Sur 1 seule couche et d’1 seul : l’hydrogène, H.
. . Sur 1 seule couche et de 2 : l’hélium, He.
. . Sur une 1ère couche et de 2 : les suivants.
. . Sur une 2ème couche, de 1 à 8 électrons, respectivement, 
. . . . le lithium, Li, le béryllium, Be, le bore, B, le carbone, C, 
. . . . l’azote, N, l’oxygène, O, le fluor, F, le néon, Ne, et les suivants.
. . Sur une 3ème couche, de 1 à 8 électrons, respectivement, 
. . . . le sodium, Na, le magnésium, Mg, l’aluminium, Al, le silicium, Si, 
. . . . le phosphore, P, le soufre, S, le chlore, Cl, l’argon, Ar, et les suivants.
. . Sur une 4ème couche, de 1 à 18 électrons, respectivement, 
. . . . le potassium, K, le calcium, Ca, le scandium, Sc, le titane, Ti, 
. . . . vanadium, V, le chrome, Cr, le manganèse, Mn, le fer, Fe, 
. . . . le cobalt, Co, le nickel, Ni, le cuivre, Cu, le zinc, Zn, 
. . . . le gallium, Ga, le germanium, Ge, l’arsenic, As, le sélénium, Se, 
. . . . le brome, Br, le krypton, Kr, et les suivants.
. . Sur une 5ème couche, de 1 à 18 électrons, respectivement, 
. . . . le rubidium, Rb, le strontium, Sr, l’yttrium, Y, le zirconium, Zr, 
. . . . le niobium, Nb, le molybdène, Mo, le technétium, Tc
. . . . le ruthénium, Ru, le rhodium, Rh, le palladium, Pd, l’argent, Ag,
. . . . le cadmium, Cd, l’indium, In, l’étain, Sn, l’antimoine, Sb,
. . . . le tellure, Te, l’iode, I, le xénon, Xe, et les suivants.
. . Sur une 6ème couche, de 1 à 32 électrons, respectivement, 
. . . . le césium, Cs, le baryum, Ba, les 15 lanthanides, 
. . . . l’hafnium, Hf, le tantale, Ta, le tungstène, W, le rhénium, Re, 
. . . . l’osmium, Os, l’iridium, Ir, le platine, Pt, l’or, Au,
. . . . le mercure, Hg, le thallium, Tl, le plomb, Pb, le bismuth, Bi, 
. . . . le polonium, Po, l’astate, At, le radon, Rn, et les suivants.
. . Sur une 7ème et dernière couche, de 1 à 6 électrons, respectivement, 
. . . . le francium, Fr, le radium, Ra, l’actinium, Ac, le thorium, Th, le protactinium, Pa, l’uranium, U.
À remarquer que, curieusement,
. . . . pour les derniers de chacune des 6 premières séries, 
. . le nombre d’électrons périphériques vaut successivement 
. . . . 1²x 2, 2²x 2, 2²x 2, 3²x 2, 3²x 2, et 4²x 2.
Par ailleurs, artificiellement, ont été obtenus des transuraniens,
. . ce, en ces 2005, jusqu’au numéro atomique 118,
. . mais tous, sauf exceptions, fugaces.
Au surplus, chacun de ces corps peuvent avoir des isotopes,
. . à savoir des semblables à nombre de neutrons anormal.
. . Ainsi l’hydrogène (0 neutron) a le deutérium (1) et le tritium (2).
. . Et, de ces isotopes, il y en a, naturellement, 340 environ.
. . À noter que ces isotopes se trouvent mélangés à leurs emblables
. . . . dans des proportions constantes, mais faibles.

TRANSMUTATIONS AUX CONDITIONS ORDINAIRES ACTUELLES -
Curiosité, les noyaux
. . . . constitués de certains nombres de neutrons et de protons également répartis
. . sont stables.
. . Ainsi le deutérium (1 et 1), l’hélium (2 et 2), le calcium (20 et 20), l’étain (50 et 50).
Les atomes au noyau instable, ou bien ils perdent des nucléons, ou bien ils en gagnent -
. . L’azote, 8 neutrons et 7 protons, perd 1 neutron et 1 proton, et devient du carbone, 7 et 6,
. . . . ce, en 1 300 000 000 d’années pour la moitié d’un échantillon.
. . L’aluminium, 13 et 13, perd 1 proton, et devient du magnésium, 13 et 12,
. . . . ce, en 750 000 ans.
. . Le potassium (19) perd 1 proton, et devient de l’argon (18).
. . Le nickel (28) perd 1 proton, et devient du cobalt (27).
. . L’uranium, 146 et 92, perd 6 neutrons et 2 protons, et devient du thorium, 140 et 90,
. . . . ce, en 750 000 ans aussi.
. . Il perd 10 protons, et devient du plomb (82),
. . . . ce, en 700 000 000 d’années.
. . Au contraire -
. . Le carbone, 7 et 6, gagne un proton, devenant de l’azote, 7 et 7,
. . . . ce, en 5730 ans.
. . L’oxygène, 7 et 8, gagne 1 neutron, devenant de l’oxygène 8 et 8,
. . . . ce, en quelques minutes.
. . L’argon, 16 et 18, gagne 9 neutrons, devenant de l’argon, 25 et 18.
. . Le rubidium, 50 et 37, gagne 1 proton, devenant du strontium, 50 et 38.
. . . . ce, en 50 000 000 d’années.
. . Le lutétium (71) gagne 1 proton, devenant de l’hafnium (72).
. . L’hafnium, 110 et 72, gagne 2 protons, devenant du tungstène, 110 et 74.
. . . . ce, en 9 000 000 d’années.
À noter, autre curiosité, qu’arrivés chez les êtres vivants,
. . les noyaux instables se stabilisent … .

DÉSINTÉGRATIONS -
Certains atomes disparaissent même peu à peu.
Et, au bout d’un certain temps, dit période,
. . la moitié de leur masse se trouve désintégrée.
. . En 4 500 000 000 d’années, l’hélium, 2 neutrons et 2 protons.
. . En 2 500 000 années, le béryllium, 6 et 4.
. . En 5650 ans environ, le carbone, 8 et 6.
. . En 300 000 ans, le chlore, 19 et 17. 
. . En quelques secondes, certains bromes (35 protons).
. . En 8 jours, l’iode, 78 et 53.
. . En 30 ans, le césium, 82 et 55.
. . En 21 minutes, le francium, 87 et 146.
. . En 32 000 ans, l’actinium, 89 et 142.
. . En 14 000 000 d’années, le thorium (90).
. . En 4 500 000 000 d’années, l’uranium (92).
. . En 1400 ans, un transuranien exceptionnel, le berkélium (97).

ENFIN : FISSIONS ET SPALLATIONS -
La fission est le partage du noyau en 2, la spallation, en plus de 2.
À partir du bismuth (83), les noyaux sont fissibles.
À partir du transuranien californium (98), les noyaux se scindent en 2 spontanément.
Dans 99,9 % des cas, la fission se fait avec émission
. . de 2 protons unis à 2 neutrons, autrement dit d’hélium ionisé.

TELLE EST, ON LE VOIT, LA VIE ASSEZ MOUVEMENTÉE DES ATOMES.

espace privé