Les entités sociales - Vivantes - Sauf humaines -



 

 

DEPUIS LES - 3 000 000 000, PEUT-ÊTRE -
Les staphylocoques se trouvent le plus souvent réunis en amas.
En milieu liquide, les streptocoques, en chaînettes et formant des colonies.

DÈS LES - 800 000 000, sans doute -
Les prions, les virions, les archées, les bactéries ont dû attaquer,
. . groupés, les pluricellulaires nouvellement apparus.

À PARTIR DES - 700 000 000 -
Certains cnidaires se sont organisés en colonies,
. . en colonies fixées, dites polypiers, à squelette commun,
. . . . percé de canaux reliant entre elles les cavités digestives,
. . ou en colonies nageuses, dites siphonophores,
. . . . à individus spécialisés, suspendus sous un flotteur commun.
. . Et ces siphonophores se sont réunis en troupes innombrables.

À PARTIR DES - 600 000 000 -
Maints mollusques céphalopodes calamars
. . se sont constitués en bandes, chassant avec ingéniosité.

À PARTIR DES - 570 000 000 -
Les mollusques décapodes crabes géants,
. . lesquels, actuellement, vivent dans le Pacifique nord,
. . se sont regroupés par sexe et par âges.

À PARTIR DES - 530 000 000 -
Les hémicordés ptérobranches se sont mis à vivre en colonies
. . dans des tubes ramifiés.

À PARTIR DES - 520 000 000 -
Les procordés tuniciers se sont mis aussi à vivre en colonies.

À PARTIR DES - 490 000 000 -
Les insectes blattoptéroïdés termites se sont organisés en termitières
. . pouvant atteindre plusieurs 1 000 000 d’individus
. . se répartissant en reine, roi, ouvriers, soldats.

À PARTIR DES - 460 000 000 -
Les araignées équatoriales se sont regroupées en colonies
. . pouvant atteindre le 1000ier d’individus.
. . . . Certains se sont mis à s’occuper des captures. D’autres, à réparer les fils.
. . . . Leur toile a pu aller jusqu’aux 5 mètres de diagonale.

À PARTIR DES - 440 000 000 -
Les poissons sélaciens requins se sont mis à vivre en bandes.

À PARTIR DES - 430 000 000 -
Les orthoptères grillons champêtres ont fini par admettre une hiérarchie linéaire.

À PARTIR DES - 210 000 000 -
Nombre de poissons téléostéens
. . clupéidés (sardines, harengs, ...),
. . cyprinidés (goujons, brèmes, ...),
. . mullidés,
. . gadidés (morues, ...),
. . salmonidés (saumons, ...),
. . anguillidés (anguilles, ...)
. . . . se sont rassemblés en bancs considérables.

À PARTIR DES - 200 000 000 -
Les insectes hyménoptères guêpes, euménidés exceptés,
. . se sont organisés en guêpiers de quelques 100nes d’individus.
. . Les femelles n’ont désormais fait que pondre.
. . Les autres, devenues des ouvrières stériles, se sont mises
. . . . à fabriquer des alvéoles,
. . . . à butiner, à nourrir les chrysalides,
. . . . à climatiser, nettoyer,
. . . . puis, à la saison froide, mourir, comme nombre de femelles.
. . . . Les autres, fécondées d’avance, passaient cette saison.
Les insectes hyménoptères bourdons se sont mis à vivre
. . en petites sociétés dans des nids souterrains.
Les insectes hyménoptères mélipones se sont mis aussi à vivre en société.
Les insectes hyménoptères abeilles se sont organisés en ruches
. . de 10 000 à 60 000 individus comprenant
. . . . une reine pondeuse, des ouvrières stériles 
. . . . et, à la saison chaude, quelques 100nes de mâles.
Les insectes hyménoptères fourmis,
. . se sont organisés en fourmilières composées
. . . . de mâles ailés qui ne vivent que le temps de la fécondation,
. . . . de femelles ailées (mais bientôt dépouillées de leurs ailes),
. . . . de très nombreuses ouvrières, d'esclaves,
. . . . et de parasites.

. . Généralement, ils ont placé ces fourmilières sous terre.
. . Autrement, dans de vieux troncs
. . . . ou les ont suspendues à des branches d’arbre.

À PARTIR DES - 180 000 000 -
Certains lézards se sont mis à se grouper.
. . Les xanternes en sont même venus à former,
. . . . dans des troncs d’arbres morts, des "dynasties".

À PARTIR DES - 140 000 000 -
De nombreuses espèces d’oiseaux se sont regroupées.
. . Et leurs vols ensemble en sont la marque.
. . Et on a même vu un vol d’hirondelles, passant une à une,
. . . . emmurer dans le nid de l’une d’entre elles un couple d’intrus.
. . . . Le fait a été rapporté par Joseph Delage dans "Le Temps" du 12 août 1939.
Les passériformes paridés mésanges à longue queue
. . se sont mis à vivre en bandes d’une 10ne d’individus.
. . Et les africaines équatoriales ont placé leur nid sous un toit commun.
Les passériformes fringillidés
. . chardonnerets se sont regroupés,
. . verdiers, en troupes immenses,
. . pinsons, en troupes sexualisées, sauf, bien sûr, à la reproduction.
Les passériformes plocéidés
. . moineaux se sont mis à vivre en bandes et volées,
. . astrilds, en colonies d’un grand nombre d’individus,
. . la plupart des tisserins, en 100nes de couples
. . . . faisant leurs nids sous un abri commun au sommet d’un arbre,
. . républicains, en plusieurs 10nes de couples édifiant même un nid collectif.
Les passériformes motacillidés bergeronnettes, en groupes.
Les passériformes bombycillidés
. . jaseurs des cèdres, en bandes d’un grand nombre d’individus,
. . jaseurs boréaux, en colonies.
Les passériformes hirundinidés hirondelles,
. . en groupes et vols de quelques 100nes d’individus environ.
Les passériformes muscicapidés grives rieuses, en bandes de nombreux individus.
Les passériformes laniidés pies-grièches, en groupes et vols (en ligne droite).
Les passériformes sturnidés
. . étourneaux, en bandes de plusieurs 1000iers d’individus,
. . mainates, en groupes de 15 individus environ.
Les passériformes ictéridés troupiales, en bandes et vols (en V).
Les caprimulgiformes caprimulgidés martinets, en groupes.
Les columbiformes colombidés gouras, en bandes d’une 10ne d’individus.
Les psittaciformes psittacidés
. . perruches, en bandes,
. . perroquets à capuchon,
. . . . en groupes dont l’ensemble des nids de chacun forme une sphère.
Les cuculiformes cuculidés touracos, en bandes.
Les accipitriformes falconidés vautours, en bandes.
Les galliformes
. . perdreaux, en "compagnies", perdrix, en groupes,
. . pintades sauvages, en bandes de plusieurs 10nes d’individus,
. . paons sauvages, en bandes diverses. 
Les columbiformes podicipédidés grèbes, en grands rassemblements.
Les ansériformes
. . canards sauvages, en bandes et vols,
. . oies sauvages, de même,
. . flamants communs, en petits groupes,
. . flamants roses, en colonies de grand nombre d’individus.
Les pélicaniformes
. . phalacrocoracidés cormorans, en colonies et vols (en V),
. . pélicanidés pélicans blancs, en colonies avec nurserie, et en vols (en ligne oblique),
. . sulidés fous de Bassan, en colonies de plusieurs 1000iers de couples.
Les lariformes laridés sternes, dits hirondelles de mer, en groupes
Les alciformes alcidés pingouins, en colonies avec nurserie.
Les sphénisciformes sphéniscidés manchots,
. . en colonies de 500 à 25 000 couples avec nurserie.
Les charadriiformes charadriidés (pluviers, chevaliers, courlis, bécasses, ...),
. . en sociétés diverses.
Les ardéiformes,
. . ardéidés hérons, en héronnières,
. . ardéidés aigrettes, en groupes de 10 à 15 couples,
. . ciconiidés cigognes, en groupes et en vols
. . . . au cours desquels les individus assurent successivement le rôle de fer de lance,
. . plataléidés ibis, en colonies nombreuses.
Les gruiformes gruidés grues, en colonies et vols.
Les casuariformes dromicéidés émeus, en groupes.
Les rhéiformes rhéidés nandous, en bandes.
Les struthioniformes strudionidés autruches, en groupes lâches de 2 à 5 individus.

À PARTIR DES - 130 000 000 -
Les marsupiaux
. . possums se sont mis à vivre en bandes nomades,
. . kangourous, aussi.

À PARTIR DES - 100 000 000 -
Les rongeurs
. . myomorphes
. . . . muridés
. . . . . . rats de moissons se sont mis à vivre en petites colonies,
. . . . . . campagnols rats musqués,
. . . . . . . . dans des huttes communes bâties au milieu d’un cours d’eau,
. . . . myoxidés loirs, en petits groupes,
. . . . dipodidés gerboises, dans des terriers, en sociétés à grand nombre d’individus,
. . sciuromorphes sciuridés marmottes des Alpes, en sociétés dans des terriers,
. . hystricomorphes chinchillidés chinchillas, de même.
Les fouisseurs rhizomyidés rats-taupes d’Afrique orientale,
. . en colonies souterraines d’une 100ne d’individus comprenant
. . . . 1 reproducteur ou 2 ou 3, 1 seule reproductrice
. . . . et des ouvrières creusant, ravitaillant et, éventuellement, s’opposant à intrus.
Les porcins suidés
. . phacochères, en bandes sexualisées,
. . sangliers européens,
. . . . au printemps et à l’été, en familles,
. . . . à l’automne et à l’hiver,
. . . . . . en hardes de 4, 5 mâles, d’une part,
. . . . . . et en compagnies de quelques femelles et jeunes, d’autre part.
Les ruminants
. . bovidés
. . . . mouflons
. . . . . . à la reproduction, en troupeaux sous la conduite des vieux béliers,
. . . . . . hors reproduction, en hardes sexualisées,
. . . . chamois, en hardes de quelques individus sous un vieux mâle,
. . . . gazelles,
. . . . . . hors reproduction, en troupeaux sexualisés, jeunes avec femelles,
. . . . . . à la reproduction, en troupeaux complets,
. . . . gnous bleus, en vastes troupeaux,
. . . . buffles, en troupeaux de 30 à 3000 individus,
. . giraffidés girafes, en troupes d’une 10ne d’individus,
. . cervidés
. . . . wapitis,
. . . . . . hors reproduction, en groupes de plusieurs 100nes d’individus,
. . . . . . à la reproduction, en familles,
. . . . élaphes,
. . . . . . hors reproduction, en petites troupes sexualisées sous les plus âgés,
. . . . . . à la reproduction, en familles.

À PARTIR DES - 85 000 000 -
Les carnivores viverridés suricates se sont mis à vivre en bandes de 2 à 40 individus.

À PARTIR DES - 55 000 000 -
Les chiroptères
. . des régions tempérées se sont mis à vivre en colonies,
. . vampires communs, en groupes sexualisés, jeunes avec femelles,
. . roussettes, en groupes dormant, la nuit, en nid dans des arbres.

À PARTIR DES - 50 000 000 -
Les carnivores hyénidés hyènes se sont mis à vivre en groupes hiérarchisés.

À PARTIR DES - 45 000 000 -
Les ruminants camélidés vigognes se sont mis à vivre en troupeaux sexualisés.
Les pinnipèdes
. . otaries, en colonies de 200 individus environ,
. . morses, en troupeaux,
. . phoques lions de mer, en familles à harem de 5 à 6 femelles,
. . éléphants de mer, en familles à harem de 12 épouses.
Les cétacés
. . orques, dits aussi épaulards, en bandes,
. . marsouins, de même,
. . dauphins, de même.

À PARTIR DES - 30 000 000 -
Les rongeurs sciuromorphes
. . spermophiles, dits aussi sousliks
. . . . se sont mis à vivre en colonies de plusieurs familles,
. . écureuils fouisseurs, en groupes animés,
. . castors, en colonies à groupes spécialisés.
Les carnivores
. . procyonidés coatis, en bandes,
. . mélidés blaireaux, en terriers communs à grand nombre d’individus.

À PARTIR DES - 25 000 000 -
Les carnivores
. . canidés
. . . . lycaons se sont mis à vivre en meutes d’environ 10 à 25 individus,
. . . . loups, en hiver, en hordes, chacune dominée par un couple,
. . félidés
. . . . tigres, en troupes familiales,
. . . . lions, en familles allant jusqu’à quelque 30 individus,
. . . . . . 1 ou 2 mâles, une 10ne de femelles et une 20ne de jeunes,
. . . . . . mais les mâles âgés, à part, avec des jeunes qui les gardent et les servent.
Les primates
. . pithécidés cébidés se sont mis à vivre en bandes d’une 30ne d’individus,
. . arctopithécidés hapalidés (ouistitis, tamarins, ...), en petites bandes,
. . cercopithécidés
. . . . papions (mandrills, hamadryas, ...),
. . . . . . . . en troupes de quelque 700 individus, répartis en clans de 7 environ,
. . . . macaques, en troupes de 100 à 600 individus.

À PARTIR DES - 20 000 000 -
Les primates anthropithécidés
. . gibbons se sont mis à vivre en groupes familiaux monogames.

À PARTIR DES - 12 000 000 -
Les primates anthropithécidés
. . orangs-outans se sont mis à vivre en groupes sexualisés, jeunes avec femelles,
. . gorilles, de même.

À PARTIR DES - 7 000 000 -
Les imparidigités proboscidiens éléphants
. . se sont mis à vivre en groupes sexualisés, jeunes avec femelles.
Les primates anthropithécidés chimpanzés,
. . en sociétés patriarcales hiérarchisées de 15 à 100 individus,
. . . . dominées par des mâles possessifs et agressifs.

À PARTIR DES - 6 000 000 -
Les imparidigités équidés
. . ânes sauvages se sont mis à vivre en troupeaux instables,
. . zèbres, en troupeaux à grand nombre d’individus,
. . . . mais les célibataires, en groupes d’une 15ne simplement,
. . chevaux sauvages,
. . . . hors l’époque de la reproduction, en troupes nombreuses,
. . . . à l’époque, en familles à harem et groupes de célibataires.

À PARTIR DES - 20 000 AU MOINS, PEUT-ÊTRE -
Les carnivores canidés chiens sauvages se sont mis à vivre en terriers,
. . de 3 à 30 individus, et où sont élevés collectivement les progénitures.

espace privé