Les entités somatiques - Les anthropiens - Les néanthropiens 2ème stade -



 

 1500 -
Jusque là, les rencontres entre groupes ethniques se sont passés
. . essentiellement en Eurasie et en "Afrique du Nord".
Désormais et systématiquement, elles s’étendirent à toute la planète.
. . Nous en sommes arrivés aux Néoanthropiens, 2ème stade.

DES 1500 AUX 1820 -
Aux Bahamas, aux Antilles, à l’extrême N.-O. de l’Amérique du Sud : des Espagnols.
. . De là, en 2000,
. . . . au Guatémala, 50% de métis, au Honduras, 85%, au Salvador, 70%,
. . . . au Nicaragua, 70%, au Costa-Rica, 20%,
. . . . à Panama, 70%, au Vénézuéla, 65%.
En "Afrique Mineure" : des Juifs d’Espagne.

DES 1500 AUX 1830 -
En Afrique Mineure : des Turcs ottomans.
. . Ceux-ci se mêlant aux autochtones donnèrent des colouglis.

DES 1500 AUX 2010 AU MOINS -
À Terre-Neuve : des Français.
Sur les côtes brésiliennes : des Portugais.
Sur la Côte d'ivoire : des Dieppois et des Rochelais,
. . puis des Français de toutes souches.
Sur la côte ouest du Sous-continent Indien : des Portugais.
. . Ceux-ci se mêlant aux autochtones donnèrent des Topazes.
Et, inversement, de toutes ces contrées : des autochtones en Europe.

DE 1502 AUX 1730 -
Sur l'Ensemble Iranien : des Azéris.

DES 1505 AUX 1700 -
Aux Seychelles puis au Sri-Lanka : des Portugais.

DES 1505 AUX 1765 -
Aux embouchures du Mississippi et de l’Amazone : des Français.

DE 1508 AUX 1555 -
En Irak : des Azéris.

DES 1510 AUX 1600 -
Au Brésil, puis aux Antilles : 1 000 000 d’Africains esclaves.
. . De là, en 2010,

. . . . au Brésil,
. . . . . . 20% de Noirs-Blancs (Mesticos),

. . . . . . 30% d’Amérindiens-Noirs (Cafusos),
. . . . . . 20% d’Amérindiens-Blancs (Caboclos).
. . . . . . Et il y est aussi des personnes plusieurs fois métissées.
. . . . À Haïti, à la Jamaïque, à Porto-Rico,
. . . . . . respectivement, 90, 25 et 75 % de Noirs.

Aux Mascareignes, sur les côtes est du Sous-continent Indien, en Insulinde : des Portugais.

DES 1510 AUX 1641 -
Sur la Presqu’île de Malacca : des Portugais.

DES 1515 AUX 1820 -
En Floride : des Espagnols.
Sur les côtes américaines équatoriales du Pacifique : des Espagnols.
. . De là, en 2000,

. . . . en Equateur : 50% de Métis.
Sur les bords nord et sud du Rio de la Plata : des Espagnols.

DE 1517 À 1914 -
Sur les terres allant de l’Irak du nord à la Mer Rouge : des Turcs ottomans.

DES 1520 AUX 1820 -
Du Golfe du Mexique à la Presqu’île Californienne : des Espagnols.
. . De là, en 2000,

. . . . au Mexique : 70% de Métis.

DES 1525 AUX 1765 -
Sur les côtes nord-est de l’Amérique du Nord : des Français.

DE 1526 À 1707 -
Dans les Bassins de l’Indus et Supérieur et Moyen du Gange : des Turcs moghols.

DES 1533 AUX 1648 -
Du Bassin Supérieur du Don à l’Océan Arctique,
. . progressivement de la 30ème à la 180ème longitude : des Russes.

DES 1540 AUX 1820 -
Dans les Andes allant de l’équateur au tropique sud : des Espagnols.
. . De là, en 2000, au Pérou, en Bolivie : respectivement, 45 et 30 % de Métis.

DES 1550 AUX 1820 -
Dans les Andes du sud : des Espagnols.
. . De là, en 2000, au Chili : 65% de Métis.

DES 1550 AUX 2000 -
Sur les côtes sud de la Chine : des Portugais.

DE 1551 À 1912 -
En Libye : des Turcs ottomans.

DES 1554 AUX 2010 AU MOINS -
Du Bassin du Don au Bassin ouest de l’Oural et à la Mer Caspienne du N.O. : des Russes.

DES 1555 AUX 2010 AU MOINS -
En Guyane de l’est : des Français avec Nicolas Durand.

DES 1560 AUX 1820 -
À l’est des Andes du sud : des Espagnols.

DES 1570 AUX 1898 -
Aux Philippines : des Espagnols.

DES 1570 AUX 2010 AU MOINS -
À Chypre nord : des Turcs ottomans.
Dans le Bassin est de l’Oural : des Russes.

DES 1575 AUX 2010 AU MOINS -
En France et dans les Provinces-Unies : des Juifs portugais.
Du Massif Ethiopien du sud à celui de l’est : des Oromos.
Dans le Bassin Inférieur du Gange : des Turcs moghols.

DES 1580 AUX 1700 -
Sur les côtes sud du Golfe de Finlande : des Suédois.

DES 1585 AUX 2010 AU MOINS -
Dans les Appalaches de l’est : des Anglais.

VERS LES 1600 -
Les Arabes du Moyen Nil soumettaient les Fours.
Sur les côtes américaines du nord-est : 750 000 Européens.

DES 1600 AUX 1700 -
En Amérique : 2 500 000 Africains esclaves.

DES 1600 AUX 1804 -
À Haïti : des Français.

DES 1600 AUX 1945 -
En Insulinde, excepté au N.O. de Bornéo : des Bataves.

DES 1605 AUX 1765 -
En Acadie (actuelle Nouvelle Écosse) : des Français.

DE 1609 À 1611 -
D’Espagne à l’"Afrique Mineure" : 275 000 Morisques expulsés.

DES 1610 AUX 2010 AU MOINS -
Sur certaines Petites Antilles de l’ouest : des Anglais.

EN 1613 -
Le Batave Adriaen Bloch et ses compagnons s’installaient à Manhattan.

DES 1615 AUX 1956 -
Sur 5 points des côtes indiennes de l’est et du sud : des Français.

DES 1615 AUX 2010 AU MOINS -
Sur les Bermudes : des Anglais.

DE 1618 À 1648 -
Dans les Bassins du Rhin et de l’Elbe : des Français, des Espagnols.

DES 1620 AUX 1900 -
En Afrique du sud : des Provinces-uniesiens.

DES 1620 AUX 1975 -
En Guyane centrale : des Provinces-uniesiens.

DES 1620 AUX 2010 AU MOINS -
Près du site de Boston, les migrants anglais du Mayflower fondaient la Nouvelle-Angleterre.

DES 1625 AUX 1960 -
Dans le Bassin du Sénégal : des Français.

DES 1625 AUX 2010 AU MOINS -
Sur les Petites Antilles de l’est à l’extrême-nord : des Anglais.
Sur certaines Petites Antilles de l’est : des Français avec Pierre d’Esnambuc.

EN 1626 -
Le Provinces-uniesien Peter Minuit faisait de Manhattan la Nouvelle-Amsterdam.

DES 1630 AUX 2010 AU MOINS -
Sur les Bahamas : des Anglais.
En Corée : des Mandchous.

DES 1635 AUX 1911 -
En Mongolie du nord : des Mandchous.

DES 1635 AUX 1958 -
Sur la côte guinéenne : des Français.

DES 1635 AUX 2010 AU MOINS -
En Mongolie du sud : des Mandchous puis des Chinois en général.

DES 1640 AUX 1795 -
Sur la Presqu’île de Malacca : des Provinces-Uniesiens.

DES 1640 AUX 2010 AU MOINS -
Sur les Mascareignes : des Français.
En Tasmanie : des Anglais puis des Australiens.

DES 1645 AUX 1900 -
Dans les Bassins du Houang-ho et du Yang-zi : des Mandchous.

DES 1645
AUX 1960 -
À Madagascar : des Français.

DES 1650 AUX 1765 -
Au sud immédiat des Grands Lacs nord-américains :
. . des Français fraternisant avec des Amérindiens sur un "sol commun".

DES 1650 AUX 2010 AU MOINS -
Dans les Appalaches de l’ouest : des Anglais.
Sur le Plateau du Deccan : des Turcs moghols.

DES 1655 AUX 1961 -
À la Jamaïque : des Anglais puis des Britanniques.

DE 1658 A 1917 -
En Irak du sud : des Turcs ottomans.

DES 1660 AUX 1720 -
Sur les côtes et dans l’arrière-pays de la Baltique de l’est : des Suédois.

DES 1660 AUX 1913 -
En Crète : des Turcs ottomans.

EN 1664 -
Le duc d’York faisait de la Nouvelle-Amsterdam la New-York.

DES 1667 AUX 1990 -
Dans le Bassin est du Dniepr : des Russes.

DE 1668 AUX 1899 -
Aux Mariannes : des Espagnols.

DES 1675 AUX 1805 -
Dans le Bassin Inférieur du Mississippi et le Bassin de l’Arkansas : des Français.

VERS LES 1685 -
En Confédération Helvétique, dans certains Pays allemands,
. . aux Provinces-Unies, en Angleterre, en Afrique de l’extrême-sud :
. . des Français protestants.

DES 1685 AUX 1805 -
Dans le Bassin Supérieur du Mississippi : des Français avec Robert Cavelier de la Salle.

DES 1685 AUX 1899 -
Sur les Carolines : des Espagnols.

DES 1685 AUX 1961 -
Sur les côtes du Natal : des Anglais.

DES 1700 AUX 1800 -
En Amérique en général : 6 500 000 Africains esclaves.

DES 1700 AUX 1805 -
Dans le Bassin du Missouri : des Français.

DES 1705 AUX 2010 AU MOINS -
À Gibraltar : des Anglais.

DES 1715 AUX 2010 AU MOINS -
À Terre-Neuve et en Acadie devenant Nouvelle-Écosse : des Britanniques.

DES 1720 AUX 1920 ET DES 1945 AUX 1990 -
Sur les côtes et dans l’arrière-pays de la Baltique du sud-est : des Russes.

DES 1720 AUX 1980 -
À Bélizé : des Britanniques.

DES 1720 AU 2010 AU MOINS -
Sur le Plateau Tibétain : des Hans.

DES 1725 AUX 2010 AU MOINS -
Au Groënland : des Danois.

DES 1740 AUX 1867 -
En Alaska : des Russes.

DES 1745 AUX 1945 -
En Silésie : des Prussiens.

DES 1750 AUX 2010 AU MOINS -
Dans la Boucle de la Volga : des Allemands.

DES 1760 AUX 1900 -
En Afrique du sud : des Provinces-uniesiens.

DES 1760 AUX 1947 -
En Inde, progressivement : des Britanniques.

DES 1765 AUX 1800 -
Autour de la Baie d’Hudson et dans le Bassin Est du Mississipi : des Britanniques.

DES 1772 AUX 1945 -
Sur les côtes et dans l’arrière-pays de la Baltique du sud : des Prussiens, de nouveau.

DES 1775 AU 2010 AU MOINS -
Sur les côtes de la Mer d’Azov : des Russes.
Sur les rives de la Gambie : des Britanniques.
En Nouvelle-Guinée de l’est, en Australie, en Tasmanie : des Britanniques.

DES 1780 AU 2010 AU MOINS -
Aux Hawaïs : des Britanniques puis des États-Unisiens.
En Nouvelle-Zélande : des Britanniques.

DES 1785 AU 2010 AU MOINS -
Dans le Caucase du nord : des Russes.

EN 1790 -
Aux Etats-Unis,
. . 60% des immigrés sont d’origine anglaise,

. . 10%, d’origine écossaise, irlandaise, germanique ou africaine.

DES 1791 AUX 2010 AU MOINS -
Aux Marquises : des Français.

DES 1795 AUX 1948 -
Au Sri-Lanka : des Britanniques.

DES 1795 AUX 2010 AU MOINS -
Sur la Presqu’île Malaise : des Britanniques.

DES 1800 AUX 1900 -
Dans le Bassin ouest du Mississippi : des États-Unisiens puis des immigrés.
Aux Etats-Unis, sont arrivés
. . 12 700 000 Britanniques,
. . . . qui, généralement, étaient des Wasps, à savoir des White anglo-saxon puritans,
. . 4 000 000 d’Irlandais, 5 000 000 de Germaniques,
. . 1 700 000 Scandinaves, 2 000 000 de Russes, 2 000 000 d’Italiens.
En Sibérie, 500 000 Russes.
Sur la Presqu’île de Malacca, des Chinois.

DES 1805 AUX 1900 -
Aux États-Unis, le nombre des Amérindiens passait de 5 000 000 à 300 000 ... .
En Afrique du Sud, sont arrivés 1 000 000 de Britanniques et de nombreux Indiens.

DES 1810 AUX 1961 -
Dans la Sierra Leone, des Britanniques.

DES 1814 AUX 2010 AU MOINS -
En Guyane de l’ouest, des Britanniques puis des Indiens.

DES 1815 AUX 2010 AU MOINS -
De part et d’autre du Rhin et allant de Coblence à Clèves, des Prussiens.
Aux Samoas, des Britanniques, puis des Etats-Unisiens et des Allemands.
En Polynésie, des Français.

DES 1820 AUX 1935 -
Au Canada, 3 000 000 de migrants, surtout des Britanniques.
En Amérique Centrale, 3 000 000 migrants.
En Amérique du Sud hispanophone, 4 000 000 de migrants.
Au Brésil, 1 500 000 Italiens, 1 400 000 Portugais, 600 000 Espagnols, 1 100 000 autres migrants.
En Australie et en Nouvelle-Zélande, 3 000 000 de Britanniques.

DES 1825 AUX 1920 -
Au Libéria, 200 000 Noirs états-unisiens ... .
. . Sous couvert de philanthropie,
. . . . on "apurait" le pays et procurait à Firestone une main-d’œuvre exploitable.
Au Sri Lanka, des Tamouls indiens,
. . comme main-d’œuvre pour les producteurs de café, puis de thé. 

VERS LES 1830 -
En Tasmanie : autochtones exterminés ... .

DES 1830 AUX 1969 -
En Nouvelle-Guinée de l’ouest : des Provinces-uniesiens.

DES 1830 AUX 1962 -
De la France algérienne au reste de la France et en sens inverse : des migrants.

DES 1835 AUX 1900 -
Dans les Bassins Moyen de l’Orange, Sud du Limpopo, entiers du Vaal et du Natal : des Provinces-uniesiens.

DES 1835 AUX 2010 AU MOINS -
À l’île Maurice : des Indiens,
. . à qui il est fait appel parce que l’esclavage a été aboli,
. . et qui, en 2010, constituaient 75% de la population.

DES 1837 AUX 1960 -
De la côte guinéenne de l’ouest au reste de la France et en sens inverse : des migrants.

DES 1839 AUX 1947 -
Dans le Bassin Inférieur du Brahmapoutre : des Britanniques.

DES 1839 AUX 1960 -
Des côtes ivoirienne et gabonaise au reste de la France et en sens inverse : des migrants.

VERS LES 1840 -
En France algérienne : 1 750 000 autochtones, 40 000 allogènes.
. . Mais, comme la loi coranique condamne à mort l’apostat : peu de métissage.

DES 1840 À 1855 -
De l'Afrique de l'ouest au Brésil : 45 000 esclaves.
Ensuite : plus aucun grâce à Louis Faidherbe, gouverneur du Sénégal.

DES 1840 AUX 1899 -
Aux Etats-Unis : 20 000 000 d’Européens, comptés net,
. . à 50%, des Britanniques, à 25%, des Germaniques.

DES 1840
AUX 1960 -
Des côtes dahoméennes au reste de la France et en sens inverse : des migrants.

DES 1841 AU 2010 AU MOINS -
De Mayotte au reste de la France et en sens inverse : des migrants.

DES 1842 AUX 2000 -
À Hongkong : des Britanniques.

DES 1843 AUX 1947 -
Dans le Bassin de l’Indus : des Britanniques.

DE 1844 AUX 2010 AU MOINS -
Sur les Îles Gambiers : des Français.


DES 1845 AUX 1848 -
En Amérique du Nord : 1 500 000 Irlandais fuyant la famine.

EN 1847 -
En France algérienne : 1 900 000 autochtones, 100 000 allogènes.

DES 1848 AUX 1850 -
En France algérienne, sont arrivés de nombreux chômeurs français.

DES 1848 AUX 1858 -
En Californie, sur découverte d’or : 3 000 000 d’immigrés comptés net.

DES 1848 AUX 2010 -
Dans le Monde : de nombreux immigrés chinois.
. . Vers les 1900, 3 000 000, vers les 1990, 8 000 000.
. . En Malaisie, en 2000, ils constituaient 50% de la population.

DES 1850 AUX 1900 -
Au Canada : 2 000 000 d’immigrés.
En France algérienne : 500 000 immigrés, français, espagnols, italiens, maltais, libanais, autres.
À la Réunion : des immigrés bretons, auvergnats, est-africains, ouest-indiens.

DES 1850 AUX 1965 -
Dans les villes minières sud-africaines : 3 500 000 immigrés venus des régions voisines.

DES 1850 AUX 2000 -
En France néo-calédonienne : autochtones, 42%, allogènes, 42%, métis 16%.
En France polynésienne : 30 000 migrants.
. . De là, en 2000 : autochtones, 65%, allogènes, 18% (Chinois, 5%), métis, 17%.

DES 1851 AUX 1860 -
En Australie, sur découverte d’or : 600 000 immigrés.

DES 1851 AUX 1891 -
En France d’Europe : de 400 000 étrangers à 1 000 000, surtout belges, italiens.

DES 1854 AUX 1956 -
En Égypte : des Britanniques et des Français.

DES 1855 AUX 1960 -
De la Mauritanie au reste de la France et dans le sens inverse : des migrants.

DE 1857 À 1914 -
En Argentine : 4 000 000 d’Italiens, 2 000 000 d’Espagnols, 2 000 000 d’autres immigrés.

DE 1858 À 1865 -
Aux Etats-Unis : par an, 300 000 immigrés.

DES 1860 AUX 1955 -
De la Cochinchine au reste de la France et en sens inverse : des migrants.

DES 1860 AUX 2010 AU MOINS -
De par le Monde, surtout en Egypte, en Amérique et dans l’Ensemble Français : des Libanais.
. . De là, en 1970 :
. . . . aux Etats-Unis, 500 000, au Brésil, 600 000, en Argentine, 200 000,
. . . . et, au total, 1 500 000.
Au Natal : des Indiens "intouchables",
. . comme main-d’oeuvre dans les exploitations de canne à sucre.
Dans les Bassins Supérieur nord, Moyen nord et Inférieur de l’Amour : des Russes.

EN 1861 -
En France algérienne : 190 000 allogènes.

DES 1861 AUX 1870 -
En Australie : 170 000 migrants, surtout britanniques.

DES 1863 AUX 2010 AU MOINS -
Du Cambodge à la France et en sens inverse : des migrants.

DE 1865 À 1871 -
Aux Etats-Unis : par an, 350 000 migrants, davantage des pays latinophones et slavophones.

DE 1865 AUX 1960 -
Des Bassins Moyen et Supérieur du Sénégal au reste de la France et en sens inverse : des migrants.

DES 1868 AUX 2010 AU MOINS -
Sur l’Ile d’Hokkaïdo : des Japonais,
. . les autochtones aïnous ayant d'abord été parqués dans des réserves ... .

DE 1870 À 1985 -
De par le Monde se sont implantés ailleurs 17 000 000 d’Italiens :
. . aux Etats-Unis, 6 000 000, en Argentine, 2 000 000.

DES 1870 AUX 2000 -
Aux États-Unis : de 15 à 10% d’étrangers.


DE 1871 À 1880 -
En Australie : 190 000 immigrés.

DE 1871 AUX 1957 -
Sur la Côte de l’or : des Britanniques.

EN 1872 -
En France algérienne : 2 700 000 autochtones, 440 000 allogènes,
. . sur afflux d’Alsaciens et de Mosellans
. . conviés à venir en cette "Nouvelle France" par l’archevèque d’Alger, Charles Lavigerie.

DE 1872 À 1878 -
Aux États-Unis : par an, de 350 000 à 250 000 immigrés, en régression régulière.

DES 1873 AUX 2010 AU MOINS -
En Asie Centrale et aux Sakhalines : des Russes.

DES 1874 AUX 1940 -
En Afrique du Sud : de nombreux Pakistanais.

DES 1874 AUX 2010 AU MOINS -
Aux Fidjis : des Britanniques et des Indiens, ceux-ci y devenant majoritaires en 1950.

DE 1876 À 1889 -
En Australie : par an, alternativement, 35 000 et 40 000 immigrés (sauf, en 1880, 25 000),
. . surtout des Britanniques.


DE 1878 À 1880 -
Aux Etats-Unis : 250, 275 et 300 000 migrants.

DE 1878 AUX 1918 -
En Bosnie : des Autrichiens.

DE 1878 AUX 1960 -
À Chypre : des Britanniques.

DE 1878 AUX 2010 AU MOINS -
Sur les côtes et dans l’arrière-pays de la Méditerranée du sud-est : des Juifs.

DES 1879 AUX 1960 -
Du Bassin Inférieur ouest du Congo au reste de la France et en sens inverse : des migrants.

DE 1880 À 1885 -
Au Canada : par an, 100 000 immigrés.

DE 1880 À 1889 -
Aux Etats-Unis : 5 200 000 migrants, comptés net.
. . Le nombre des Italiens rejoint celui des Allemands.

DE 1880 À 1905 -
Au Brésil : 1 300 000 immigrés, comptés net. En plus grande partie : des Allemands.

DE 1880 AUX 1918 -
Sur la côte et le Plateau Tanzaniens : successivement, Belges, Britanniques, Allemands.

DES 1880 AUX 1980 -
Aux Nouvelles-Hébrides : des Français, des Britanniques.

EN 1881 -
En France algérienne : 390 000 allogènes.

DE 1881 À 1885 -
En Argentine : 400 000 immigrés.

DE 1881 AUX 1940 -
Sur la Corne Africaine du sud : des Italiens.

DE 1881 AUX 1955 -
En Tunisie : des Français.

DE 1881 AUX 1960 -
Dans le Massif du Fouta Djalon : des Français.

DES 1882 AUX 2014 AU MOINS -
Du Bassin supérieur du Niger au reste de la France puis à la France,
. . et en sens inverse :
des migrants.

DES 1883 AUX 1906 -
En Nouvelle-Guinée du sud-est : des Britanniques.


DES 1883 AUX 1919 -
En Afrique du sud-ouest : des Allemands.

DE 1884 AUX 1919 -
Au Togo, au Cameroun, en Nouvelle-Guinée du nord-est : des Allemands.

DE 1884 AUX 1954 -
De la France au Tonkin, à l’Annam, et en sens inverse : des migrants.

DE 1884 AUX 1960 -
En Somalie du nord : des Britanniques puis des Royaume-uniens.

DE 1884 AUX 1975 -
En "Mauritanie" du nord : des Espagnols.

DE 1885 AUX 1907 -
En Chine du nord-est, aux Hawaiis, aux États-Unis : 500 000 Japonais.

DE 1885 AUX 1919 -
Aux Marshalls, aux Bismarcks : des Allemands.

DE 1885 AUX 1945 -
En Nouvelle-Guinée de l’ouest : des Néerlandais.

DE 1885 AUX 1960 -
De la Belgique au Bassin est du Congo,
. . et en sens inverse :
des migrants.

DE 1885 AUX 2014 AU MOINS -
Des terres s'étendant du Chari à l’Oubangui au reste de la France puis à la France,
. .
et en sens inverse : des migrants.

DE 1886 Á 1890 -
En Argentine : 450 000 migrants.

DE 1886 AUX 2014 AU MOINS -
Du Bassin Supérieur de la Volta au reste de la France puis à la France,
. . et en sens inverse : des migrants.
Des Comores au reste de la France puis à la France,
. . et en sens inverse :
des migrants.
Du Bassin inférieur du Niger au reste de la G.B., du R.U., du Commonwealth,
. .
et en sens inverse : des migrants.
Du Plateau Kényan, de même.

DES 1887 AUX 2014 AU MOINS -
Des Maldives, de même.

DES 1888 AUX 2014 AU MOINS -
De Djibouti et ses environs au reste de la France puis à la France,
. . et en sens inverse :
des migrants.
Des Cooks au reste de la G.B., du R.U., du Commonwealth,
. . et en sens inverse : des migrants.


DES 1889 AUX 1960 -
De la Somalie du sud au reste de l’Italie, et en sens inverse : des migrants.

DE 1890 AUX 1899 -
Aux États-Unis : 3 700 000 migrants comptés net.

DE 1890 AUX 1902 -
Sur les côtes et dans l’arrière-pays de la Méditerranée du sud-est :
. .
de 14 000 Juifs à 30 000.

DE 1890 AUX 1919 -
Du Cameroun à l’Allemagne et en sens inverse : des migrants.

DE 1890 AU 1939 -
Au Brésil : 4 600 000 migrants, principalement,
. . britanniques, suédois, allemands, polonais, helvétiques, autrichiens,
. . français, italiens, syriens, libanais, japonais.

DE 1890 AUX 1940 -
De l’Érythrée au reste de l’Italie, et en sens inverse : des migrants.

DE 1890 AUX 2010 AU MOINS -
De l’Inde à la Péninsule malaise : des migrants, tant hindous que musulmans.

EN 1891 -
En France européenne :
. . 460 000 Belges, 200 000 Italiens, 50 000 Helvétiques, 40 000 Espagnols.
. . 250 000 autres étrangers.
En France algérienne : 3 200 000 autochtones, 500 000 allogènes.

DE 1891 À 1900 -
En Australie : 900 000 migrants.

DE 1892 À 1898 -
Aux États-Unis : quasiment aucun migrant, en raison d’une crise économique.

DE 1892 AUX 2010 AU MOINS -
Du Dahomey au reste de la France, à la France, et en sens inverse : des migrants.

DES 1893 AUX 2010 AU MOINS -
Du Laos à la France et en sens inverse : des migrants.

DES 1894 AUX 1945 -
À Taïwan : des Japonais.

DES 1895 AUX 1963 -
Du Bassin Nord du Zambèze au reste de la G.B., du R.U., du Commonwealth,
. . et en sens inverse :
des migrants.

DES 1895 AUX 1980 -
Du Bassin Sud du Zambèze, de même.

DES 1898 AUX 1911 -
En Chine : du nord au sud, des Russes, des Allemands, des Britanniques, des Français.

DES 1898 AUX 1956 -
Dans le Bassin Moyen du Nil : des Britanniques, des Royaume-uniens.

DES 1898 AUX 2000 -
À Hong-Kong : des immigrés de toute nationalité et, en fin 2005, 43 % d’étrangers.

DES 1898 AUX 2010 AU MOINS -
De Porto Rico au reste des États-Unis et en sens inverse : des États-unisiens.

DES 1899 AUX 1919 -
Aux Carolines : des Allemands.

DES 1899 AUX 1921 -
Aux Salomons de l’ouest : des Allemands.

DES 1899 AUX 1978 -
Des Salomons de l’est au reste de la G.B., du R.U., du Commonwealth,
. . et en sens inverse : des migrants.

EN 1900 -
En France algérienne : 3 300 000 autochtones, 580 000 allochtones,
. . dits Pieds-Noirs parce qu’enracinés dans le continent africain.

DE 1900 À 1910 -
Aux États-Unis : 8 800 000 migrants comptés net.
En Argentine : 1700 000.
En Australie : 40 000.

DE 1900 À 1920 -
Dans le reste du Monde émigraient 5 000 000 de Chinois.

DE 1900 À 1930 -
Au Canada, par an, de 55 000 à 35 000 migrants en décroissance régulière.

DE 1900 À 1946 -
Aux Philippines : des États-unisiens.

DE 1900 À 2000 -
En Afrique du sud : de 200 000 Sans à ... 7000.

DE 1900 À 2010 AU MOINS -
Au sein du Commonwealth : brassage.
. . Ainsi, en 1965, au Royaume-Uni :
. . . . 2 000 000 de ressortissants des autres pays de cet ensemble.
. . Ainsi, en 1940 : 1 000 000 d’Indiens répartis entre
. . . . Trinité-et-Tobago, Guyana, Royaume-Uni,
. . . . Afrique du sud, Île Maurice,
. . . . Malaisie (où, en 2000, ils constituaient 10% de la population),
. . . . Singapour, Birmanie, Brunéi et ailleurs.

DES 1902 AUX 1961 -
Dans les Bassins Moyen de l’Orange et Sud du Limpopo : des Britanniques.

DE 1903 À 1914 -
Sur la côte sud-est de la Méditerranée : 40 000 Juifs plus ou moins métissés.

DES 1904 AUX 1956 -
Dans l’extrême nord du Maroc : des Espagnols. Dans le reste : des Français.

DES 1905 AUX 1945 -
Aux Sakhalines, en Mandchourie : des Japonais.

DE 1906 À 1910 -
Au Brésil : 800 000 migrants, du fait de l’hévéaculture amazonienne.

DE 1906 À 1975 -
En Nouvelle-Guinée du sud-est : des Australiens.

DES 1907 AUX 1921 -
En Afghanistan : des Britanniques.

DES 1907 AUX 1945 -
En Iran : des Russes, des Britanniques, des Royaume-uniens.
En Corée : des Japonais.

EN 1908 -
En France subsaharienne :
. . 10 000 000 d’autochtones, 7500 allocthones.

DE 1911 À 1920 -
Aux Etats-Unis : 5 700 000 migrants comptés net.
En Australie : 200 000, surtout des Britanniques.

DE 1911 À 1924 -
En Mongolie du nord : des Russes. Du sud : des Chinois.

DE 1911 À 1927 -
En Malaisie : 1 500 000 Chinois, comptés net.

DE 1911 À 1930 -
En France européenne : de 3 à 8 % d’étrangers, en progression régulière.

DES 1912 AUX 1945 -
En Libye : des Italiens.

EN 1914 -
Sur la côte sud-est de la Méditerranée de l’est : 85 000 Juifs plus ou moins métissés.

DES 1914 AUX 1918 -
En France européenne : des militaires de la France d'outre-mer, de G.B., du Canada.
Sur la Péninsule Balkanique : des militaires français et du Commonwealth.

VERS LES 1915 -
Par le Monde : 2 000 000 d’Arméniens venus d’Asie Mineure,
. . poursuivis pour entente avec l’ennemi.
. . De là et par ailleurs, en 2000,
. . . . au Canada, 400 000, aux Etats-Unis, 500 000,
. . . . en Uruguay, 50 000, en Argentine, 80 000,
. . . . en France, 300 000, en Ukraine, 20 000, en Russie, 1 000 000,
. . . . en Géorgie, 100 000, en Syrie, 120 000, au Liban, 150 000,
. . . . en Iran, 200 000, en Australie, 40 000,
. . . . et, au total, 6 000 000, contre 3 000 000, en Arménie même.

DES 1917 AUX 1920 -
De la Russie émigrèrent des Russes (2 000 000) fuyant le régime.
En France : 400 000.

EN 1918 -
Sur la côte sud-est de la Méditerranée de l’est : 100 000 Juifs plus ou moins métissés.

DE 1918 À 1930 -
En Rhénanie : des militaires français.

DE 1919 AUX 1945 -
Sur Les Mariannes, les Carolines : des Japonais.

DE 1919 AUX 1975 -
En Nouvelle-Guinée du nord-est, aux Bismarcks : des Australiens.

DE 1919 AUX 2010 AU MOINS -
Du Togo de l'ouest et du Cameroun de l'ouest au reste du R.U., du Commonwealth,
. . et en sens inverse : des migrants.
Du Togo de l'est et du Cameroun de l'est au reste de la France,
. . et en sens inverse
: des migrants.
En Afrique du sud-ouest : des Sud-africains.

DE 1920 À 1929 -
En France européenne :
. . de 1 400 000 à 2 800 000 étrangers,
. . ainsi, en 1929,

. . . . 800 000 Italiens, 500 000 Polonais, 300 000 Arméniens,
. . . . 160 000 Espagnols, 150 000 Belges,
. . . . 60 000 Russes, 60 000 Allemands, 60 000 Helvétiques, 40 000 Portugais.

DE 1920 À 1939 -
En Allemagne : 200 000 Turcs.

DE 1920 AUX 1940 -
De la Syrie, du Liban à la France et en sens inverse : des migrants.
De l’Irak au Royaume-Uni et en sens inverse : des migrants.
Par le reste du Monde émigrèrent des Chinois,
. . en Birmanie, 2 300 000, au Siam, 3 000 000, en Malaisie, 1 400 000.
. . Au total, en 2007 : 20 000 000.

DE 1920 AUX 1944 -
Aux Iles Marshalls : des Japonais.

DE 1920 AUX 2010 AU MOINS -
Aux Samoas de l’ouest : des Néo-Zélandais.
De l’est : des États-unisiens.

EN 1921 -
En Algérie : 4 900 000 autochtones, 800 000 allochtones.

DE 1921 À 1923 -
En Grèce : 1 500 000 émigrés d’Asie Mineure.
En Turquie : 50 000 émigrés de Grèce.

DE 1921 À 1925 -
Au Canada : 500 000 migrants.
Aux Etats-Unis : 2 300 000 migrants.

DE 1921 AUX 1928 -
Aux Iles Andamans et Nicobars : des Bengalis et des Birmans,
. . pour participer aux travaux de déforestation.

DE 1921 À 1930 -
En Argentine : 900 000 migrants.
En Australie : 300 000.

DE 1922 À 1932 -
Sur la côte et dans l’arrière-pays du sud-est de la Méditerranée de l’est :
. .
100 000 Juifs plus ou moins métissés. De là, au total : 200 000.

DES 1925 AUX 1990 -
De la Russie aux autres pays de l’URSS : une émigration encouragée de Russes ... .
. . De là, en 1990, de la population,
. . . . en Estonie, 40%, Lettonie, 40%, Lituanie, 6%,
. . . . Biélorussie, 11%, Ukraine, 17 %, Moldavie, 6%, Transnistrie, 80%, Crimée, 55%,
. . . . au Kazakhstan, 26%, au Kirghizistan, 13%, en Ouzbekistan, 6%.

EN 1926 -
En Iran : 300 000 migrants fuyant la collectivisation soviétique.

DE 1926 À 1930 -
Au Canada : 730 000 migrants.
. . Aux Etats-Unis : 1 500 000.

DES 1929 AUX 1944 -
Par le Monde, de l’Europe : de très nombreux Juifs ont émigré.

DE 1930 À 1939 -
Par le Monde, surtout au Canada, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Australie :
. . de nombreux Grecs ont émigré.
En France européenne : 500 000 immigrés.
. . Mais, sur crise économique, 900 000 étrangers furent refoulés.

DE 1931 À 1935 -
Au Canada, aux Etats-Unis : solde négatif des migrants, sur crise économique.

EN 1936 -
Aux Etats-Unis : 40 000 migrants comptés net.
En Algérie : 6 200 000 autochtones, 900 000 allochtones.

EN 1937 -
Aux Etats-Unis : 60 000 migrants comptés net.

DE 1937 À 1945 -
En Chine : des Japonais.

DE 1938 OU 1939 OU 1940 À 1943 OU 1944 -
En Autriche, Tchécoslovaquie, Pologne,
au Danemark, en Norvège, au Bénélux, en France européenne,
en URSS, dans les Balkans, en Italie, en "Afrique du Nord" :
. . des Allemands.

EN 1939 -
En France européenne : 400 000 Espagnols.

EN 1940 -
Aux Etats-Unis : 100 000 Japonais.
Sur la côte et dans l’arrière-pays du sud-est de la Méditerranée de l’est :
. . 470 000 Juifs plus ou moins métissés.


DE 1940 À 1980 -
Aux Etats-Unis : 1 000 000 de migrants.

DE 1941 À 1944 -
Dans divers camps de concentration européens et ailleurs :
. . exterminés 2 000 000 de Juifs, Tsiganes et autres personnes ... .
Aux Sakhalines : 2 000 000 de Coréens envoyés par le Japon.  

espace privé