Les entités somatiques - Les métazoaires, anthropiens exceptés -



 

 

VERS LES – 750 000 000, PEUT-ÊTRE –
Certains protozoaires ont multiplié leur unique cellule.
. . Ils étaient devenus des métazoaires.
. . Ils furent d’abord, bien sûr, MONOBLASTIQUES,
. . . . à savoir constitués d’une seule couche sphérique de cellules.

VERS LES – 740 000 000, PEUT-ÊTRE –
Certains monoblastiques se revêtirent d’une 2ème couche de cellules.
. . Ils étaient devenus des DIPLOBLASTIQUES,
. . . . tel le tricophax, lequel mesure 0,5 mm,
. . . . tels les spongiaires dits communément éponges.

VERS LES – 720 000 000, PEUT-ÊTRE –
Certains diploblastiques adoptèrent des structures symétriques.
. . Ils furent dits CTÉNAIRES ou cténophores.
Certains cténaires s’agencèrent des organes urticants.
. . Ils furent dits cnidaires ou aussi coelentérés,
. . . . scyphozoaires, dits aussi acalèphes,
. . . . . . telles les "méduses",
. . . . hydrozoaires,
. . . . . . tels les hydraires, les siphonophores,
. . . . anthozoaires, dits aussi coralliaires,
. . . . . . tels les actiniaires (anémones de mer), les madréporaires, les gorgonaires.

VERS LES – 700 000 000, PEUT-ÊTRE –
Certains diploblastiques s’ajoutèrent une 3ème couche de cellules.
. . Ils sont devenus TRIPLOBLASTIQUES.
. . Certains s’aplatirent, les platodes (némertiens, cestodes, turbellariés, ...).
. . D’autres se firent fusiformes, les némathelminthes.

VERS LES - 680 000 000, PEUT-ÊTRE -
Certains triploblastiques se confectionnèrent un orifice.
. . Ils furent dits PROTOSTOMIENS.
Certains se dotèrent de cils aspirant les proies.
. . Ils furent dits rotifères.

VERS LES - 660 000 000, PEUT-ÊTRE -
Certains protostomiens se dotèrent de 2 orifices,
. . un buccal et un anal, voisins l’un de l’autre.
. . Ils furent dits DEUTÉROSTOMIENS.
. . . . Certains de ceux-ci ornèrent leurs orifices d’une couronne tentaculaire.
. . . . . . Ils furent dits bryozoaires ENDOPROCTES.

VERS LES – 640 000 000, PEUT-ÊTRE –
Certains bryozoaires se façonnèrent un orifice anal sans panache tentaculaire.
. . Ils furent dits bryozoaires ECTOPROCTES.

VERS LES – 620 000 000, PEUT-ÊTRE –
Certains ectoproctes se construisirent une coquille bivalve.
. . Ils furent dits BRACHIOPODES.

VERS LES – 580 000 000 –
Certains protostomiens se constituèrent un corps mou.
. . Ils furent dits MOLLUSQUES,
. . . . d’abord amphineures
. . . . puis bivalves (moule, huître, peigne [coquille Saint-Jacques, ...], couteau).
D’autres protostomiens se divisèrent en segments, fortifiés au moyen d’anneaux :
. . Ils furent dits annélidés,
. . . . d’abord achètes sans "soies" (sangsue, ...),
. . . . puis oligochètes avec quelques "soies"(lombric, dit communément ver de terre, ...),
. . . . polychètes avec de nombreuses "soies"(néréide, ...).
. . . . Certains de ces annélidés
. . . . . . se couvrirent d’un tégument rigide,
. . . . . . se fabriquèrent des yeux,
. . . . . . prolongèrent divers de leurs segments par des appendices articulés.
. . . . . . Ils furent dits ARTHROPODES
. . . . . . . . d’abord protoarthropodes mérostomes (limules) et autres.

VERS LES – 570 000 000 –
Certains arthropodes se forgèrent
. . 2 paires d’antennes différentes l’une de l’autre,
. . et des branchies.
. . Ce furent les CRUSTACÉS,
. . . . céphalocaridés, branchiopodés, ostracodés, copépodés, banchiurés, cirripédés,
. . . . phyllocaridés, amphipodés, isopodés, décapodés (crabe).
. . . . Quelques-uns s’installèrent en terre ferme mais conservèrent leurs branchies.

VERS LES – 540 000 000 –
Certains deutérostomiens
. . adoptèrent une symétrie axiale pentamère,
. . et ramifièrent leur système nerveux épithélial.
. . Ce furent les ÉCHINODERMES
. . . . holothuridés,
. . . . oursinidés, dits communément oursins,
. . . . ophiuridés,
. . . . crinoïdés,
. . . . astéridés (étoiles de mer,...).

VERS LES – 530 000 000 –
Certains échinodermes se construisirent
. . une préfiguration de corde dorsale
. . et un système nerveux dorsal.
. . Ce furent les PROTOCORDÉS
. . . . stomocordés, dits aussi hémicordés,
. . . . céphalocordés.

VERS LES – 520 000 000 –
Certains protocordés oublièrent leur corde dorsale.
. . Ce furent les UROCORDÉS, dits aussi tuniciers,
. . . . qui ne sont cordés qu’au 1er âge.

VERS LES – 510 000 000 –
Certains protocordés
. . ont adapté sur leur corde dorsale un squelette,
. . et se sont aménagé un système sensoriel latéral et un cerveau.
. . Ce furent les 1ers VERTÉBRÉS, dits aussi cordés.

VERS LES - 500 000 000 -
De nombreuses espèces ont disparu.

VERS LES – 490 000 000 –
Certains arthropodes se dotèrent de nombreuses pattes.
. . Ce furent les myriapodes, dits communément mille-pattes.
. . . . L’illacme plénipe en a tout de même 750.
D’autres divisèrent leur corps en tête, thorax et abdomen.
. . Ce furent les INSECTES, 
. . . . d’abord sans métamorphose, les amétaboles.
Certains vertébrés se sont mis à vivre dans l’eau.
. . Ce furent les POISSONS AGNATHES (lamproie, myxine).

VERS LES – 480 000 000 –
Certains poissons agnathes se sont munis d’une mâchoire. Ce furent,
. . d’abord les poissons acanthodiens,
. . puis les 1ers poissons élasmobranches, à squelette cartilagineux.

VERS LES – 460 000 000 –
Certains arthropodes se fabriquèrent des chélicères.
. . Ce furent les chélicérates
. . . . d’abord pantopodes, mérostomes,
. . . . puis arachnidés, latigastres (acariens, scorpions, ...), araignées.
De nouveaux insectes :
. . les paléoptères, les plectoptères (éphémères), les anisoptères (libellules).

VERS LES - 445 000 000 -
Du fait de bouleversements intenses, d’un refroidissement brutal,
. . un grand nombre d’espèces disparurent.

VERS LES - 440 000 000 -
Certains poissons élasmobranches se sont cuirassés de plaques osseuses.
. . Ce furent les placodermes (chimère).

VERS LES - 430 000 000 -
De nouveaux insectes : les paurométaboles
. . dictyoptères (blattes, mantes),
. . isoptères (termites, qui se firent sociales vers les - 150 000 000),
. . chéleutoptères (phasmes),
. . orthoptères (grillons, criquets, sauterelles),
. . psocoptéroïdés (poux),
. . homoptères (cigales, pucerons, cochenilles),
. . hétéroptères (punaises),
. . dermaptères (forficules).

VERS LES – 420 000 000 –
Certains poissons élasmobranches adoptèrent l’écaille.
. . Ce furent les chondrichthyens dits aussi sélaciens
. . . . (requins divers, poisson-scie, raie, torpille).

D'autres se construsirent une mâchoire.

VERS LES – 400 000 000 –
Certains mollusques se secrétèrent un cornet ouvert aux 2 bouts.
. . Ce furent les scaphopodes.
De derniers insectes : les holométaboles
. . névroptères (fourmis-lions),
. . lépidoptères (teignes, papillons),
. . diptères ( moustiques, moucherons, taons, mouches),
. . siphonaptères (puces),
. . coléoptères (scarabées, coccinelles, charançons),
. . hyménoptères (abeilles, guêpes, sphex, fourmis,
. . . . qui, pour la plupart, vers les - 120 000 000, se sont faits sociaux).
Certains poissons élasmobranches
. . ossifièrent quelque peu leur squelette et firent rayonner leurs nageoires.
. . Ce furent les actinoptérygiens chondrostéens (esturgeon).

VERS LES – 380 000 000 –
En raison de bouleversements intenses, de nombreuses espèces ont disparu.

VERS LES - 370 000 000 -
Certains poissons chondrostéens,
. . . . pour s’ancrer dans les fonds puis aborder les rivages,
. . transformèrent leurs nageoires en palettes,
. . ajoutèrent un poumon à leurs branchies.
. . Ce furent les dipneustes.

VERS LES – 350 000 000 –
Certains mollusques se mirent à ramper sur un pied ventral.
. . Ce furent les gastropodes
. . . . (buccin, limnée, escargot, limace, patelle dit aussi bernique, … ).

VERS LES – 340 000 000 –
Certains mollusques
. . ne conservèrent que des coquilles vestiges
. . et se dotèrent d’yeux simples.
. . Ce furent les céphalopodes
. . . . (nautile, seiche, calmar dit aussi calamar ou encornet, pieuvre dite aussi poulpe, …).
Certains poissons actinoptérygiens chondrostéens,
. . pour encore plus se fortifier, ossifièrent encore plus leur squelette.
. . Ce furent les holostéens.

VERS LES - 330 000 000 -
Certains dipneustes
. . transformèrent leurs palettes en de courtes pattes avec doigts
. . et abordèrent la terre ferme.
. . Ce furent les SAUROSPIDÉS.

VERS LES – 320 000 000 –
Certains saurospidés adoptèrent une vie et aquatique et terrestre.
. . Ce furent les amphibiens, dits aussi batraciens
. . . . apodes qui, adultes, ont toujours une queue et n’ont pas encore de pattes,
. . . . urodèles
. . . . . . qui, adultes, ont des pattes mais toujours une queue
. . . . . . et qui sont apparus vers les - 300 000 000,
. . . . . . . . (triton, salamandre, ...),
. . . . anoures
. . . . . . qui, adultes, ont des pattes et n’ont plus de queue
. . . . . . et qui sont apparus vers les - 265 000 000.
. . . . . . . . (crapaud, grenouille, ...).

VERS LES – 310 000 000 –
D’autres saurospidés abandonnèrent la vie aquatique. Ce furent
. . les DIAPSIDÉS
. . et les anaspidés,
. . . . telles les tortues, d’abord terrestres, puis relativement aquatiques.

VERS LES – 285 000 000 –
Certains diapsidés se créèrent des mamelles.
. . Ce furent les DIAPSIDÉS MAMMALIENS.

VERS LES – 252 000 000 –
Du fait de perturbations considérables, de très nombreuses espèces disparurent. 
. . Ce fut le cas de 75 % des terrestres et de 95 % des marines.

VERS LES – 240 000 000 –
Certains sauropsidés
. . prirent de très grandes dimensions,
. . et conquirent toute la terre ferme.
. . Ce furent les ARCHOSAURIENS dits communément dinosaures.

VERS LES – 230 000 000 –
Certains archosauriens creusèrent leur queue et purent planer.
. . Ce furent les CŒLUROSAURAVES.

VERS LES – 220 000 000 –
Certains archosauriens se formèrent un bassin d’oiseau.
. . Ce furent les ORNITHISCHIENS.

VERS LES – 205 000 000 –
Du fait de perturbations, 50% des espèces marines disparurent.

VERS LES - 200 000 000 -
Des poissons holostéens ont ossifiés complètement leur squelette.
. . Ils sont devenus des poissons téléostéens
. . . . anacanthoptérygiens
. . . . élopomorphes (murène, congre, anguille),
. . . . clupéimorphes (anchois, sardine, hareng),
. . . . cyprinimorphes (gymnote, piranha, goujon, ablette, tanche, carpe),
. . . . silurimorphes (poison-chat),
. . . . salmonimorphes (brochet, truite, saumon).
Certains archosauriens se protégèrent d’une peau coriace.
. . Ce furent les crocodiliens (crocodile, alligator dit communément caïman).

VERS LES – 195 000 000 –
Certains archosauriens se tinrent debout sur des pieds d’oiseau.
. . Ce furent les ORNITHOPODES.
Certains diapsidés mammaliens,
. . . . pondant toujours des œufs et toujours munis d’un bec et de pattes palmées,
. . se pourvurent de poils ou de piquants.
. . Ce furent les prothériens, dits anciennement monotrèmes
. . . . (ornithorynque, échidné).

VERS LES – 190 000 000 –
Certains ornithopodes réussirent un vol battu.
. . Ce furent les PTÉROSAURIENS (hoatzin).

VERS LES – 180 000 000 –
Certains diapsidés se prolongèrent de courtes pattes.
. . Ce furent les LACERTILIENS (gecko, caméléon, lézard [iguane]).
. . . . Certains ont perdu leurs pattes mais ont gardé leurs orifices auditifs.

VERS LES – 165 000 000 –
Certains diapsidés mammaliens transformèrent les os,
. . . . qui articulaient leurs mâchoires sur leur crâne,
. . en osselets d’oreilles.
. . Ce furent les protothériens, de petite taille.

VERS LES - 150 000 000 AU MOINS -
Certains ptérosauriens réussirent à vraiment voler.
. . Ce furent les OISEAUX, les volatiles,
. . . . passereaux (colibri, sénégali, bengali, cotinga, troglodyte,
. . . . . . mésange, rossignol, pinson, fauvette, rouge-gorge, bouvreuil,
. . . . . . tisserin, moineau, hirondelle, martinet, verdier, martin-pêcheur, alouette, jaseur,
. . . . . . grive, guêpier, merle, geai, étourneau, loriot, pie, rollier, mainate, corneille, corbeau,
. . . . . . paradisier, amblyornis, faisan, ménure),
. . . . colombidés (pigeon, tourterelle),
. . . . gallinacés (caille, perdrix, poule, faisan, paon,
. . . . . . tétras [dits couramment coq de bruyère], lagopède),
. . . . grimpeurs (pic, perroquet, toucan).

VERS LES – 140 000 000 –
Certains poissons téléostéens
. . s’affublèrent de nageoires soutenues par des rayons épineux.
. . Ce furent les poissons acanthoptérygiens,
. . . . pégasimorphes (hippocampe),
. . . . scorpénimorphes (rascasse),
. . . . dactyloptérimorphes (grondin),
. . . . gastérostéimorphes (épinoche),
. . . . . . (celle-ci, cependant, dispose de plaques osseuses tenant lieu d'écailles),

. . . . tétraodontimorphes (lune, coffre, globe),
. . . . pleuronectimorphes (limande, turbot, plie),
. . . . percimorphes (perche, mérou, bar, dorade, rouget, barracuda, vieille, vive,
. . . . . . rémora, gobie, maquereau, thon, espadon),
. . . . gadimorphes (lotte, merlan, lieu, morue),
. . . . lophiimorphes (baudroie),
. . . . bélonimorphes (exocet).

VERS LES – 130 000 000 –
Oiseaux, suite :
. . rapaces (buse, faucon, vautour, aigle, chouette, hibou).
Certains protothériens féminins
. . se façonnèrent une poche ventrale où nourrir leurs « larves ».
. . Ce furent les MÉTATHÉRIENS, dits anciennement marsupiaux
. . . . (wombat, sarigue, opossum, kangourou).

VERS LES – 125 000 000 –
Certains métathériens, lorsque femelles,
. . finirent par nourrir leur ovule fécondé dans leur sein même.
. . Ce furent les EUTHÉRIENS, dits anciennement placentaires.

VERS LES - 120 000 000 -
Disparut quantité d’espèces marines.

VERS LES - 110 000 000 -
Oiseaux, suite :
. . charadriimorphes (pluvier, tourne-pierre, bécasse, phalarope),
. . échassiers (outarde, héron, grue, flamant),
. . palmipèdes (canard, oie, cygne, pélican, cormoran,
. . . . sterne, goéland [petit : mouette], fou, albatros, frégate, pingouin).

VERS LES – 100 000 000 –
Oiseaux, fin :
. . ratites (autruche, nandou, émeu, casoar).
Certains lacertiliens
. . perdirent leurs pattes et leurs orifices auditifs
. . et se dotèrent de larges écailles ventrales.
. . Ce furent les ophidiens, dits communément serpents.
Les euthériens se diversifièrent. Et ce furent
. . les xénarthres (tatou, fourmilier, paresseux),
. . les nomarthres (pangolin),
. . les 1ers RONGEURS,
. . les 1ers ONGULÉS artiodactyles,
. . . . suiformes (sanglier, phacochère, hippopotame),
. . . . ruminants
. . . . . . cervidés (cerf, daim, élan, renne [caribou], chevreuil),
. . . . . . bovidés (ovinés, caprinés, antilopinés, bovinés),
. . . . . . girafidés (girafe, okapi),
. . les 1ers ONGULÉS périssodactyles (tapir, rhinocéros).

VERS LES - 93 000 000 -
Disparut quantité d’espèces marines.

VERS LES – 85 000 000 –
Certains euthériens se mirent
. . à chasser des insectes.
. . Ce furent les INSECTIVORES (hérisson, musaraigne, taupe).
. . Puis, à chasser d’autres animaux.
. . Ce furent les créodontes, d’où les 1ers CARNIVORES.

VERS LES - 77 000 000 -
Certains insectivores donnèrent naissance
. . aux PRIMATES tarsiens
. . et aux PRIMATES strepsirhiniens
. . . . (lémuriens, loris, puis PITHÉCIDÉS).

VERS LES – 65 000 000 –
Avec un relief terrestre changeant brusquement, de nombreuses espèces disparurent :
. . les 3/4 des espèces animales, parmi lesquelles les fameux dinosaures.

VERS LES - 60 000 000 -
Essor des petits rongeurs.
Et mammifères s’établissant par tout le Globe.
Des ongulés se transformèrent en PROBOSCIDIENS.
. . Ce furent les 1ers éléphantidés,
. . . . 1m de hauteur à la gorge, de petites défenses, aucune trompe.

VERS LES – 55 000 000 –

Certains rongeurs se mirent à voler.
. . Ce furent les chiroptères, dits communément chauves-souris.
Survint, en Asie Centrale, un primate simiiforme, l’archicèbe,
. . à partir duquel sont advenus,
. . d’une part, les tarsiiformes et les omomyidés
. . et, d’autre part, les anthropoïdés,
. . . . saïmiris, babouins, gorilles, anthropiens.

VERS LES - 53 000 000 -
Un ancêtre commun aux hippopotames et aux cétacés,
. . alors encore à 4 pattes et en partie terrestres.

VERS LES – 50 000 000 –
Certains ongulés proboscidiens s’adaptèrent à la vie aquatique.
. . Ce furent les siréniens (lamantin, dugong).
Certains carnivores se transformèrent. Ce furent
. . les hyènidés (hyène)
. . et les ursidés (ours).

VERS LES – 45 000 000 –
À partir du protylope de l’Amérique du nord-est,
. . des ongulés ruminants s’adaptèrent à l'aridité, les camélidés,
. . . . vigognes,
. . . . lamas (lama, alpaga, guanaco),
. . . . camélus (dromadaire, chameau sauvage, de Bactriane).
Certains ongulés périssodactyles pentadactyles perdirent 1 doigt, ainsi l’hyracotérium.
Certains ongulés ruminants s’adaptèrent à la vie aquatique :
. . les cétacés à dents (cachalot, dauphin, orque dit aussi épaulard, marsouin),
. . les cétacés à fanons (rorqual, baleine),
Certains carnivores se transformèrent aussi.

. . Ce furent les FÉLIDÉS (lynx, guépard, puma, léopard, panthère, tigre, lion, ...).
Certains s’adaptèrent aussi à la vie aquatique :
. . les pinnipèdes (morse, otarie, phoque [éléphant de mer, lion de mer]).

VERS LES - 40 000 000 -
Certains primates devinrent
. . les 1ers "PITHÉCIDÉS" dits communément singes.
Rongeurs et primates passaient d'Asie en Afrique.

VERS LES - 35 000 000 -
En Amérique séparée, les pithécidés conservèrent leur nez plat.
. . Ce furent les PLATYRHINIENS dits aussi céboïdés.
En Eurasie solitaire, ils le resserrèrent.
. . Ce furent les CATARHINIENS.
Certains rongeurs se transformèrent. Ce furent
. . les sciuridés (écureuil, marmotte, castor),
. . les muridés (hamster, rat),
. . les hydricidés (porc-épic, cobaye, ragondin),
. . les duplicidentés (lapin, lièvre),
. . les dipodidés (gerboise),
. . les microtidés (campagnol, rat musqué).
Certains carnivores se transformèrent aussi.
. . Ce furent les mustélidés (belette, hermine, putois, vison, furet,
. . . . loutre, blaireau, martre, fouine, zibeline).
Certains oiseaux s’adaptèrent au froid.
. . Ce furent les sphéniscidés (manchot).

VERS LES – 25 000 000 –
Certains carnivores se transformèrent. Ce furent
. . les procyonidés (coati),
. . les canidés (loup, lycaon, chacal, renard).
Certains platyrhiniens, de même. Ce furent
. . les cébidés (hurleur, sajou [capucin, apelle], atèle, ...),
. . les hapalidés dits aussi callithricidés (tamarin, ouistiti, ...).
Certains catarhiniens, de même. Ce furent
. . les cercopithécoïdés et de ceux-ci
. . . . les colobidés,
. . . . les cercopithécidés, et de ceux-ci
. . . . . . les cynopithèques,
. . . . . . les théropithèques,
. . . . . . les cercopithèques,
. . . . . . les cercocèbes,
. . . . . . les érythrocèbes,
. . . . . . les babouins (mandrill, gélada, hamadryas, "papion"),
. . . . . . les macaques,
. . . . . . et,
. . . . . . . . perdant leur queue,
. . . . . . . . opposant un pouce aux 4 autres doigts,
. . . . . . . . s’adaptant à la brachiation,
. . . . . . les 1ers ANTHROPOÏDÉS (gibbon, ...).

VERS LES - 20 000 000 -
Les pandas se différencièrent des ours.

VERS LES - 18 000 000 -

Lions, zèbres, antilopes passaient d'Asie en Afrique.

VERS LES – 16 000 000 –
Certains anthropoïdés devinrent les dryapithèques.
Apparaissait l'hippopotame actuel.


VERS LES - 12 000 000 -
Certains anthropoïdés se firent pongidés (desquels l’orang-outan).

VERS LES – 8 000 000 –
Certains ongulés proboscidiens se transformèrent.
. . Ce furent les mammouthidés.
Certains pongidés, de même. Ce furent
. . les gorillinés (gorille),
. . puis les paninés (bonobo, chimpanzé),
. . puis les anthropiens.

VERS LES - 7 000 000 -
Un certain pongidé se fit bipède permanent,
. . l’oréopithèque découvert à Baccinello, en Toscane.

VERS LES – 6 000 000 –
Des ongulés périssodactyles se plantèrent des cornes sur le nez.
. . Ce furent les rhinocérotidés (rhinocéros).
D’autres, pentadactyles,
. . perdirent un 2ème doigt,
. . et finirent par ne garder comme fonctionnel qu’1 doigt.
. . Ce furent les équidés, 
. . . . en Asie (hémione dit aussi onagre, cheval, ...),
. . . . en Afrique en général, zèbre, en Afrique de l’est, âne.

VERS LES - 5 000 000 -
Des contreforts de l’Himalaya à l’Afrique : la girafe.

VERS LES – 3 400 000 –
Certains félidés se modifièrent.
. . Ce furent les félins, dits communément chats.

VERS LES - 1 000 000 -
L'hippopotame passait de l'Afrique continentale à Madagascar.

ET DEPUIS LES – 15 000 AU MOINS –
Alors que les animaux, en général, veillent à la reconstitution de leur stock de gibier,
les anthropiens, au contraire,
. . exterminent et menacent d’extinction nombre d’espèces, surchassant, surpêchant.
. . Ainsi ont disparu,
. . . . vers les - 50 000, en Australie, les kangourous géants,
. . . . vers les - 12 000 en Eurasie, puis vers les - 11 000 en Amérique, les grands mammifères,
. . . . depuis l’apparition des Hommes à la Réunion,
. . . . . . 11 espèces d’oiseaux, 3 espèces de reptiles terrestres, toutes propres à l’île.
Plus que de raison, ils déforestent, ils détruisent maints bosquets, ils arrachent des haies.
Par trop, ils drainent, suppriment des points d’eau.
Ils apportent ailleurs des plantes et des bêtes,
. . qui risquent d’y bouleverser l’équilibre écologique.
Ils fragmentent les écosystèmes.
Ils cultivent des parcelles trop étendues.
Ils utilisent des pesticides, des herbicides, des fertilisants qui polluent.
Ils provoquent un réchauffement planétaire anormal et,
. . ainsi, par exemple, la disparition, dans l’Arctique, de l’ours blanc et d’autres espèces.
Bien sûr, depuis longtemps, ont été créées des réserves naturelles mais
. . plus ou moins bien respectées
. . et selon de plus ou moins bonnes formules.
. . . . Ainsi faudrait-il songer à en établir partout de plus petites.
Bien sûr, existe une Union internatioale pour la conservation de la nature.
. . Mais : sans grand effet.
Bien sûr, en 1975, est entré en vigueur une convention sur le commerce international
. . des espèces végétales et animales sauvages menacées d’extinction.
. . Mais : guère appliquée.
Bien sûr, en 1992, au Brésil, à Rio de Janeiro,
. . a effectivement été signée une convention internationale pour la diversité biologique.
. . Mais certains pays ne l’ont pas encore ratifiée.
. . Et les autres ne l’ont pas encore entièrement appliquée ... .
Reste que ce qu’il faut tout de même comprendre aussi, c’est
. . qu’aucune vie ne peut stagner dans un environnement physique ne cessant d’évoluer
. . et, encore, que certaines espèces sont pour l’Homme définitivement dangereuses.
. . et, enfin, que, dans les chaînes alimentaires, maints êtres ont une place utile.

ENFIN, AU TOTAL,
. . jusqu’à plus ample informé, en ces 2010,
les crustacés représentent 19% des espèces vivantes,
les mollusques, 17,
les poissons, 12,
les annélides, 7,
les autres, 45.

espace privé