Les entités somatiques - Les 1ères formes vivantes -



 

 

ON PEUT TOUT DE MÊME IMAGINER ...
. . qu’à partir des molécules organiques des formes vivantes sont apparues,
. . et que, même si ces formes vivantes n’étaient pas apparues sur la Terre,
. . . .à partir d’autres qui y seraient arrivées, obtenues de la même façon.
Certes, ce scénario ne semble pas s’être renouvelé
. . ni même produit sur aucune des exoplanètes jusqu’alors découvertes,
. . . . sinon sur la GJ581d ... .
Mais enfin, tout de même, sur notre planète, en tous les êtres vivants,
. . par la simple digestion de matières physico-chimiques
. . . . devenant des matières organiques, des "tissus", des cellules reproductrices,
. . tous les jours, il semble bien se renouveler ... .

AINSI, VERS LES – 3 800 000 000 AU MOINS, SERAIENT ALORS SURVENUS …
. . DES ÉOBIONTES ou LUCAS (last universal common ancestors).
Alors, en effet,
. . les bombardements météoritiques intensifs de la Terre avaient pris fin,
. . la stratosphère arrêtait les rayonnements ultraviolets,
. . un champ magnétique déviait de l’atmosphère les particules solaires de haute énergie,
. . et cette atmosphère s’était composée d’hydrogène, d’eau, de méthane, d’ammoniac.
Et, de fait, en une telle atmosphère, sous décharge électrique,
. . on a déjà obtenu 17 de la 20ne d’acides aminés constituant les êtres vivants.
Et certains de ces acides aminés catalysent leur formation,
. . et, même, un certain minéral argileux, l’illite, peut aussi le faire.
Il a suffi donc alors
. . que chacun de ces acides se combinent avec lui-même de nombreuses fois
. . . . pour que soient obtenues des protéines,
. . puis, que celles-ci sachent transmettre leurs modifications,
. . . . en arrivant à l’autoréplication, l’autogénération, l’autopoïèse.
Or certaines protéines savent effectivement le faire.
Et, d’ailleurs, au moins, à quelques km sous le plafond des océans,
. . se trouvent, sous quelques 90°C, des serpentines
. . . . issues de l’hydratation des silicates du manteau terrestre
. . . . et où sont présents des grenats
. . . . . . riches en matériaux organiques,
. . . . . . riches même en assemblages de protéines, lipides et acides nucléiques
. . . . . . et même riches en matières carbonées
. . . . . . . . comme s’ils étaient le résultat d’une vie fossile.

RESTENT POURTANT À ÉLUCIDER DIVERSES PARTICULARITÉS DU VIVANT.
En effet, au sein des êtres vivants,
. . nombre de réactions chimiques ne nécessitent plus
. . . . les mêmes conditions de température et de pression,
. . la transmutation du C14 se stoppe,
. . la plupart des molécules sont chirales, à savoir dénuées de plan de symétrie,
. . les acides aminés des protéines ne dévient la lumière polarisée qu’à gauche,
. . les sucres de l’ADN, qu’à droite.

TOUT DE MÊME,
. . de ce qui a déjà été expérimenté,
on peut conclure, semble-t-il,

. . que l’être vivant n’est, en fait,
. . . . que le résultat de transformations d’entités physico-chimiques.

espace privé