Le entités physiques - Les corps chimiques - Les molécules minérales -



 

 

UNE PROGRESSION FONDAMENTALE -
Dans les conditions ordinaires, les atomes se combinent assez rarement.
Et quand elles le font, c’est généralement pour céder ou capter
. . un électron périphérique ou plusieurs.
. . S’ils en cèdent, ils sont électropositifs, et, en solution, ce sont des cations.
. . S’ils en captent, ils sont électronégatifs et, en solution, ce sont des anions.
Aussi existe-t-il un classement des atomes fondée sur ces faits.
À noter, d’abord, que sont rangés dans une 1ère série d’atomes,
. . ceux qui n’ont qu’1 couche d’électrons,
. . dans la 2ème, ceux qui en ont 2, 3ème, 3, et ainsi de suite.
Les 1ers de chaque série,
. . l’hydrogène
. . ceux qu’on appelle métaux alcalins, à savoir
. . . . lithium, sodium, potassium, rubidium, césium, francium,
. . ceux-là, comme ils n’ont qu’1 électron périphérique,
. . . . ils l’abandonnent facilement.
Les 2èmes de chaque série (la 1ère exceptée),
. . qu’on appelle métaux alcalinoterreux, à savoir
. . . . béryllium, magnésium, calcium, strontium, baryum, radium,
. . ceux-là, comme ils n’ont que 2 électrons périphériques,
. . . . ils les abandonnent aussi facilement.
Les 13èmes des 4ème, 5ème, 6ème et 7ème séries, à savoir
. . aluminium, gallium, indium, thallium,
Et les 14èmes des 5ème et 6ème séries, à savoir
. . étain et plomb,
. . curieusement, se comportent aussi de cette façon.
. . On pourrait les appeler métaux exceptionnels.
Les 3èmes et jusqu’aux 12èmes des 4, 5, 6 et 7ème séries,
. . qu’on appelle les métaux de transition,
. . ceux-là, ils abandonnent plus ou moins facilement leurs électrons périphériques.
. . Et, parmi ceux-là, ne réagissent même pratiquement ni à l’air ni à l’eau
. . . . les métaux dits nobles, à savoir,
. . . . . . en 5ème série, ruthénium, rhodium, palladium, argent,
. . . . . . et, en 6ème série, rhénium, osmium, iridium, platine et or.
Et, maintenant : l’inverse.
Les avant-derniers de chaque série (la 1ère exceptée),
. . qu’on appelle les halogènes, à savoir
. . . . fluor, chlore, brome, iode, astate,
. . ceux-là, au contraire, recherchent activement
. . . . le seul électron périphérique qui leur manque.
Les antépénultièmes de chaque série (La 1ère n’en n’a pas.), à savoir
. . oxygène, soufre, sélénium, tellure, polonium,
leurs prédécesseurs immédiats, à savoir
. . azote, phosphore, arsenic, antimoine, bismuth,
et les précédant,
. . carbone, silicium, germanium,
et le précédant encore,
. . bore, 
. . tous appelés métalloïdes,
. . recherchent aussi, mais plus ou moins activement,
. . . . les électrons périphériques qui leur manquent.
Et, enfin : autre chose.
Les derniers de chaque série, qu’on appelle les saturés, à savoir
. . hélium, néon, argon, krypton, xénon, radon,
. . . . comme ils disposent de tous leurs électrons périphériques,
. . pour ainsi dire, ils ne réagissent pas.
Ainsi, selon le nombre de leurs électrons périphériques,
. . les atomes s’unissent et se neutralisent ou non.
Mais, sur influences des couches inférieures,
. . il est des exceptions à cette règle.

UNE PROGRESSION SUBSÉQUENTE SIMPLIFIÉE -
On peut, d’une manière simplifiée, présenter une progression des molécules, à savoir
. . selon le nombre d’atomes qu’elles comportent.
Comportant un seul atome, disons monoatomiques, ainsi
. . O2, la molécule d’oxygène ordinaire,
. . O3, l’ozone,
Les symboles des molécules à plusieurs atomes,
. . . . dont il va être question maintenant,
. . seront donnés,
. . . . non comme on les nomme en langues germaniques,
. . . . mais comme on les nomme en langues latines.
Comportant 2 atomes, disons diatomiques.
. . Oxydes, ainsi,
. . . . monoxyde d’hydrogène, OH2, l’eau, la "flotte",
. . . . monoxyde de deutérium, OD2, l’eau lourde,
. . . . monoxyde, sesquioxyde, dioxyde de chlore,
. . . . . . OCl2, O3Cl2, O2Cl,
. . . . sesquioxyde, dioxyde, trioxyde doubles de phosphore,
. . . . . . O6P44P2, O6P2,
. . . . dioxyde de silicium, O2Si, le quartz,
. . . . . . la plus abondante des molécules dans les roches.
. . Acides "hydriques", ainsi,
. . . . acide fluorhydrique, FH,
. . . . acide chlorhydrique, ClH,
. . . . acide sulfhydrique, SH,
. . . . acide azothydrique, NH,
. . Sels "hydriques", ainsi,
. . . . chlorure de sodium, ClNa, communément dit "sel" (le sel de cuisine),
. . . . difluorure d’oxygène, F2O,
. . . . trichlorure de phosphore, Cl3P,
. . . . tétrachlorure de carbone, Cl4C,
. . . . hexafluorure de soufre, F6S.
Comportant 3 atomes, disons les triatomiques.
. . Hydroxydes, résultats d’oxydes unis à de l’eau,
. . . . (exemple : ONa2 + OH2 donnant 2 [(OH)Na]),
. . . . hydroxyde de sodium, OHNa, dit communément soude,
. . . . hydroxyde de potassium, OHK, dit communément potasse,
. . . . dihydroxyde de calcium, (OH)2N, (la chaux éteinte),
. . . . trihydroxyde d’aluminium, (OH)3Al,
. . . . tétrahydroxyde de bore, (OH)4B.
. . Acides "anhydriques" -
. . . . Acides comportant,
. . . . . . . . comparés aux autres acides de même nature,
. . . . . . le moins d’atomes d’oxygène possible, ainsi
. . . . . . . . acide hypochloreux, HClO,
. . . . . . . . acide hyposulfureux, 2S2O3,
. . . . . . . . acide hyponitreux, H2N2O2,
. . . . . . . . acide hypophosphoreux, H3PO2.
. . . . Acides comportant,
. . . . . . . . comparés aux autres acides de même nature,
. . . . . . juste plus que le moins possible d’atomes d’oxygène, ainsi,
. . . . . . . . acide chloreux, HClO2,
. . . . . . . . acide sulfureux, H2SO3,
. . . . . . . . acide nitreux, HNO2,
. . . . . . . . acide phosphoreux, H3PO3.
. . . . Acides comportant,
. . . . . . . . comparés aux autres acides de même nature,
. . . . . . le plus possible d’atomes d’oxygène,
. . . . . . . . ou juste moins que le plus possible, ainsi,
. . . . . . . . acide chlorique, HClO3,
. . . . . . . . acide sulfurique, H2SO4, dit communément vitriol,
. . . . . . . . acide nitrique, HNO3, dit communément, mélangé d’eau, eau-forte,
. . . . . . . . acide phosphorique, H3PO4,
. . . . . . . . acide manganique, H2MnO4.
. . . . Acides comportant,
. . . . . . . . comparés aux autres acides de même nature,
. . . . . . le plus possible d’atomes d’oxygène, ainsi,
. . . . . . . . acide perchlorique, HClO4,
. . . . . . . . acide permanganique, HMnO4.
. . . . Sels "anhydriques",
. . . . Résultats de l’action d’un acide "anhydrique" de la 1ère catégorie, ainsi,
. . . . . . hyposulfite de sodium, S2O3Na2.
. . . . Résultats de l’action d’un acide "anhydrique" de la 2ème catégorie, ainsi,
. . . . . . sulfite de sodium, SO3Na2.
. . . . Résultats de l’action d’un acide "anhydrique" de la 3ème catégorie, ainsi,
. . . . . . sulfate de sodium, d’aluminium, de fer, de cuivre, de zinc,
. . . . . . phosphate de sodium, de calcium,
. . . . . . carbonate de sodium, de calcium, de potassium,
. . . . . . silicate de sodium, de calcium, de potassium.
Comportant plus de 3 atomes, disons molécules polyatomiques -
. . Sels hydrogénés, ainsi
. . . . hydrogénosulfite de sodium, HSO3Na,
. . . . dihydrogénophosphate de sodium, H2PO3Na,
. . . . hydrogénocarbonate de sodium, HCO3Na.
. . . . Sels divers.
Comportant un atome central ou plusieurs lié ou liés
. . à un certain nombre de molécules dites ligands :
. . les complexes.
Au total : quelque 5 000 molécules minérales au moins.

espace privé