Les entités mathématiques - Spatiales - Aperçus -


 

DE QUOI EST FAIT LE SPATIAL -
De figures spatiales dites, d’une manière insuffisante, géométriques,
. . ayant une certaine forme, conformation, configuration.

LA BASE : L’INFINIMENT PETIT SPATIAL, À SAVOIR LE POINT.
En principe, ce point est inexistant, puisqu’il ne sera jamais atteint.
. . Aussi est-il qualifié d’ "idéel", comme, de ce fait, toutes les autres figures spatiales.
. . Cependant, il est tout de même admis comme existant,
. . . . parce qu’il se révèle comme rendant bien compte de la réalité.
. . Paradoxe. Mystère.
Ces points peuvent être mis à côté les uns des autres.
. . Et on obtient le pointillé, le ponctué.
Ils peuvent être répandus çà et là, dispersés, disséminés,
. . éparpillés, semés, épandus, saupoudrés, "étrémillés".
. . Et on obtient éventuellement le parsemé, le piqueté, l’égaillé.
Ils peuvent être déployés en éventail ou de toute autre façon.
. . Et on obtient le constellé.
Ils peuvent être espacés, éloignés, écartés, isolés les uns des autres.
. . Et on obtient le clairsemé, l’épars, le sporadique.
Ils peuvent être plus ou moins rapprochés.
. . Et on obtient le compact, le serré, le condensé, le dense,
Mais ils peuvent être aussi réunis les uns aux autres,
. . et former des lignes, de l’unidimensionnel.
Et ces lignes elles-mêmes, de même,
. . et former des surfaces, du bidimensionnel.
Et ces surfaces elles-mêmes, de même,
. . et former des portions d’espace, du tridimensionnel.
Certes, non mieux que de points infiniment petits,
. . n’existent de lignes infiniment ténues,
. . ni de surfaces infiniment fines,
. . ni de portions d’espace infiniment minuscules,
. . puisque l’infini, par définition, ne sera jamais atteint.
Pourtant, il faut bien tout de même, avec ces néants,
. . . . en arriver à des lignes, des surfaces, des portions d’espace,
Aussi, comme les points, ces néants,
. . . . . . se révélant bien rendre compte de la réalité,
. . . . les a-t-on adoptés.

IMPOSSIBILITÉ GÉNÉRALE DE TRANSFORMER CES FIGURES -
Du fait qu'elles seraient indéformables.

POSSIBILITÉ GÉNÉRALE DE TRANSFORMER CES FIGURES -
La possibilité de les déformer, de leur donner une nouvelle forme,
. . grâce à leur élasticité, leur flexibilité, ... .
La possibilité de les diviser.
La possibilité de disperser leurs éléments, de les répandre ça et là,
. . de les éparpiller, de les disséminer.
. . de les réunir, de les rassembler.

ET NOUS TRANSFORMONS CES FIGURES.
Nous les faisons décroître.
. . Nous les rapetissons. Nous les amenuisons
. . Nous les réduisons, éventuellement à leur plus simple expression.
. . Nous les raccourcissons. Nous les écourtons.
. . Nous les rétrécissons. Nous les resserrons.
Nous les faisons croître.
. . Nous les agrandissons.
. . Nous les allongeons. Nous les étirons. Nous les prolongeons.
. . Nous les tendons, voire distendons, à savoir excessivement.
. . Nous les relâchons. Nous les détendons.
. . Nous les élargissons.
Nous leur donnons une autre forme.
. . Nous les raidissons.
. . Nous les infléchissons. Nous les courbons. Nous les incurvons.
. . Nous les plions. Nous les plissons. 
Nous les « projetons ».
Et, selon les goûts, nous en arrivons à du disproportionné ou du bien proportionné.
. . Nous les déformons ou nous les réformons.
Encore,
. . nous les déplaçons, changeons de place, transportons,
. . avançons, reculons, "descendons", "montons", approchons de ..., éloignons de ... .
Enfin,
. . ou nous les divisons, brisons, fragmentons, faisons éclater, exploser,
. . ou nous les dispersons, éparpillons, "étrémillons",
. . ou nous les réunissons, rassemblons.

TRANSFORMATIONS, DONC -
Croissance -
. . Agrandissement - Extension -
. . Allongement - Étirage - Prolongement -
. . Élargissement -
Décroissance -
. . Rapetissement - Réduction - Résorption -
. . "Détente" - "Relâchement" -
. . Raccourcissement - Rétraction -
. . Rétrécissement - Resserrement -
Adoption d’une autre forme -
. . Inflexion - Incurvation -
. . Plissage - Plissement - Plissure - Pliure -
"Projection", homothétique ou non -

ET NOUS LES TRANSFORMONS D'UNE CERTAINE FAÇON,
. . toujours de la même façon, régulièrement, linéairement,
. . ou diversement, d’une manière complexe, voire chaotique.

ET NOUS LES TRANSFORMONS DE NOMBREUSES FAÇONS ET FRÉQUEMMENT.
Nous faisons des protéiformes.

espace privé